Crise ukrainienne : Joe Biden et Vladimir Poutine échangent des mises en garde

Crise ukrainienne : Joe Biden et Vladimir Poutine échangent des mises en garde
Tous droits réservés أ ب
Tous droits réservés أ ب
Par euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Au cours d'une conversation téléphonique, Joseph Biden et Vladimir Poutine se sont mutuellement mis en garde des conséquences possible d'une escalade des tensions sur le dossier ukrainien.

PUBLICITÉ

Une conversation téléphonique d'une cinquantaine de minutes "sérieuse et concrète" et des mises en garde. Le président américain Joe Biden a menacé son homologue russe de sanctions économiques et militaires massives en cas de nouvelle escalade à la frontière ukrainienne

Adam Schultz/AP
Joseph Biden en conversation téléphonique avec Vladimir PoutineAdam Schultz/AP

Vladimir Poutine a répondu que de telles sanctions pourraient entraîner une rupture complète des liens entre la Russie et les Etats-Unis.

Yuri Ushakov, le conseiller du président russe, a ainsi résumé la situation : "Le président russe a expliqué que dans cette situation difficile, la Russie agira comme les États-Unis agiraient dans une situation où des armes seraient déployées près des frontières américaines. Joe Biden a rappelé qu'au cas où l'escalade se poursuivrait le long de la frontière ukrainienne, les pays occidentaux adopteraient des sanctions à grande échelle dans les domaines économique, financier et militaire. Nous savons que ce serait une erreur colossale qui entraînerait de graves conséquences."

Pour Moscou, la sécurité de la Russie passe par l'interdiction de tout élargissement de l'Otan, perçue comme une menace existentielle, et la fin des activités militaires occidentales à proximité des frontières russes, zone qu'elle considère comme relevant de son aire d'influence.

Les deux dirigeants veulent tout de même croire en la voie diplomatique. Cet échange, le deuxième en moins d'un mois, prépare le terrain pour les discussions bilatérales les 10, 12 et 13 janvier entre la Russie et les Etats-Unis, puis l'OTAN, et l'OSCE. Tout progrès passera par une désescalade en Ukraine préviennent les États-Unis, même si le Kremlin affirme ne menacer personne et ne voit pas en quoi ses mouvements de troupes aux frontières ukrainiennes constituent une escalade.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky lui se montre confiant disant avoir reçu l'assurance d'un plein soutien américain pour contrer une attaque russe. Les Occidentaux ont toutefois jusqu'ici exclu une réponse militaire à une éventuelle invasion russe en Ukraine.

Sources additionnelles • AP, AFP, TASS

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Guerre en Ukraine : Kyiv désespère d'obtenir davantage d'aide de ses alliés

Guerre en Ukraine : le tribunal spécial pour juger les dignitaires russes se précise

Crise diplomatique entre la Pologne et Israël après la mort de sept humanitaires à Gaza