This content is not available in your region

A Rome et Berlin, les "givrés" du nouvel an plongent dans l'eau glacée

Access to the comments Discussion
Par Euronews
euronews_icons_loading
A Rome et Berlin, les "givrés" du nouvel an plongent dans l'eau glacée
Tous droits réservés  Riccardo De Luca/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved

C'est une tradition destinée à ceux qui n'ont pas froid au yeux ni la nature frileuse. Plonger depuis un pont de Rome dans les eaux du Tibre quinze mètres plus bas : ce 1er janvier ni la température de l'eau, ni la nouvelle vague de Covid-19 n'auraient pu arrêter les téméraires, comme Maurizio Palmulli, 34 plongeons à son actif.

"J'espère que nous pourrons revenir à la normale. Il faudra un peu de patience, cela prend du temps, mais j'espère que nous pourrons recommencer à embrasser les personnes que nous aimons", philosophe Maurizio.

Plus au nord cette fois, c'est un groupe de joyeux nageurs qui s'est élancé dans une eau à 6,5°C près de Berlin. Une façon comme une autre de commencer l'année, pour ces habitués.

"Nous faisons cela depuis plus de 30 ans, mon mari et moi, et nous ne pourrions pas imaginer l'hiver sans la natation", explique Christal Barth, l'une des nageuses.

Le groupe fait partie d'un club de natation appelé les "Phoques berlinois".

Avec des températures extérieures autour des 10°C, Berlin connait un début d'année exceptionnellement clément.