Canada : les familles des victimes du Boeing abattu en Iran indemnisées par un tribunal

Canada : les familles des victimes du Boeing abattu en Iran indemnisées par un tribunal
Tous droits réservés أ ب
Tous droits réservés أ ب
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Un tribunal canadien a accordé une compensation financière de 74 millions d'euros aux familles des victimes du crash de l'avion abattu par erreur par la défense anti-aérienne iranienne. Toutefois la manière dont l'argent sera récupéré auprès de l'Iran n'a pas été expliquée dans la décision.

PUBLICITÉ

Un tribunal canadien a accordé une compensation financière de 107 millions de dollars canadiens (74 millions d'euros) aux familles de six personnes décédées à bord d'un Boeing ukrainien abattu "par erreur" au-dessus de Téhéran il y a près de deux ans, selon une décision rendue publique lundi.

Le vol PS752 Téhéran-Kiev de la compagnie aérienne Ukraine International Airlines (UIA) s'était écrasé le 8 janvier 2020, tuant les 176 personnes à son bord dont 85 citoyens ou résidents permanents canadiens.

Trois jours après, les forces armées iraniennes avaient reconnu avoir abattu l'appareil "par erreur".

L'Iran va-t-il accepter de payer?

La manière dont l'argent sera récupéré auprès de l'Iran n'est pas stipulée mais le juge Edward Belobaba de la cour supérieure de l'Ontario se dit "convaincu qu'un certain niveau d'exécution pourrait bien être possible et qu'un certain niveau de dissuasion pourrait bien être établi".

La défense des plaignants a déclaré que "des actifs et investissements iraniens restent accessibles non seulement au Canada mais dans le monde entier", écrit le juge.

Fin décembre 2020, l'Iran avait dit vouloir verser "150 000 dollars ou l'équivalent en euros" à chacune des familles des victimes du vol. Cette annonce avait été vivement critiquée, notamment par Kiev et par l'ancien chef de la diplomatie canadienne, François-Philippe Champagne.

En mai, le juge Edward Belobaba avait conclu que l'Iran avait commis un acte "terroriste" en abattant le Boeing ukrainien, ouvrant la voie à une demande d'indemnisation de familles de victimes.

Dans la foulée, Téhéran avait dénoncé le jugement, déclarant que le verdict n'avait "aucun fondement" et affirmant que le tribunal canadien n'était pas compétent pour rendre une telle décision.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Crash d'un avion en Chine: 24 heures après, parmi les 132 passagers aucun survivant n'a été retrouvé

Un avion de tourisme s'écrase près de Milan : huit morts

​L'Union européenne et le Canada créent une alliance verte