DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Vol PS752 : une erreur "seulement" humaine ?

euronews_icons_loading
Vol PS752 : une erreur "seulement" humaine ?
Tous droits réservés  AP
Taille du texte Aa Aa

L'armée iranienne aura mis trois jours à reconnaître avoir abattu par erreur un avion de ligne civil. Un drame qui laisse de nombreuses questions en suspens. Beaucoup se demandent pourquoi l'espace aérien était encore ouvert alors que le pays était en état d'alerte maximale.

Ancien général de l'armée soviétique, Igor Romanenko, est un expert militaire ukrainien reconnu. Pour lui, ce sont des raisons économiques qui ont prévalues et provoqué la mort de 176 personnes.

"Les vols représentent une grosse somme d'argent dont l'Iran a besoin pour résister aux Américains. Ils ont besoin d'acheter des armes mais pas seulement, beaucoup d'autres choses également. Le pays est dans une situation militaire, économique et sociale difficile. Et pour le refuser (de fermer l'espace aérien), il faut une grande volonté."
Igor Romanenko
expert militaire

Décision cynique, erreur humaine, problème technique ou autre impondérable, une enquête est en cours pour déterminer les responsabilités dans ce drame.

L'Ukraine ou le Canada, qui compte parmi les pays les plus touchés, ont obtenu de Téhéran de pouvoir envoyer leurs propres équipes de spécialistes suivre l'évolution de l'enquête.

Après plusieurs jours de tergiversations, Téhéran avait reconnu qu'un missile avait bien abattu le vol régulier. Il apparaît que le PS752 a scrupuleusement suivi la route qui lui était imposée alors que l'armée avait d'abord évoqué un mouvement suspect vers une base avancée de la Garde.

Le tireur aurait cherché à joindre son état-major pour valider le tir mais un brouillage du système de télécommunication l'aurait obligé à prendre une décision "en moins de dix secondes".

Le missile a explosé à proximité de la carlingue ce qui a permis au Boeing 737 de poursuivre sa route quelques minutes avant d'exploser et de s'écraser.

Aucune personne à bord n'a survécu : 82 Iraniens, 63 Canadiens, 11 Ukrainiens, 10 Suédois, 3 Allemands et 3 Britanniques.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.