This content is not available in your region

France : l'entrée en vigueur du pass vaccinal isole un peu plus les non-vaccinés

Access to the comments Discussion
Par Julien Pavy  avec AFP
euronews_icons_loading
Manifestation à Paris contre le pass vaccinal (22 janvier 2022)
Manifestation à Paris contre le pass vaccinal (22 janvier 2022)   -   Tous droits réservés  Rafael Yaghobzadeh/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved

La lutte contre le Covid-19 en France entre dans une nouvelle phase avec l'entrée en vigueur ce lundi du pass vaccinal, remplaçant du pass sanitaire.

La vaccination prévaut sur les tests

Finis les tests Covid négatifs, désormais il faudra obligatoirement être vacciné pour se rendre dans les lieux publics.

Le pass vaccinal sera exigé dans les bars, restaurants, les cinémas, théâtres, musées, monuments, parcs d'attraction, les trains, avions ou cars longue distance. Il sera obligatoire également dans les établissements sportifs ou les remontées mécaniques.

Certains lieux seront toutefois exemptés de pass vaccinal, comme les hôpitaux ou les maisons de retraite, où le pass sanitaire, en l’occurrence la présentation d'un test Covid négatif, continuera de prévaloir.

Par ailleurs, à compter du 15 février, le pass vaccinal sera désactivé si la dose de rappel n'a pas été effectuée quatre mois après la dernière injection.

Les non-vaccinés un peu plus isolés

Si ce pass vaccinal ne change rien pour la population vaccinée, il isole un peu plus les non-vaccinés, volontairement ciblés par le gouvernement français.

Les non-vaccinés sont plus de 5 millions en France soit environ 7% de la population adulte. Et ils représentent "l'écrasante majorité" des patients en réanimation, selon les termes employés par le Premier ministre Jean Castex.

Des signes encourageants ?

La cinquième vague de l'épidémie en France n'a toujours pas atteint son pic avec des chiffres toujours vertigineux : 340 000 nouveaux cas chaque jour en moyenne enregistrés sur les sept derniers jours.

Mais les autorités voient tout de même des signes encourageants : le variant Delta, plus dangereux, est en net repli sur le territoire, alors que le variant Omicron se propage à grande vitesse, mais provoque moins de formes graves. Le nombre de patients en réanimation est en train de reculer.