Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Rui Rio, le chef de l'opposition portugaise qui doit convaincre même dans ses rangs

Access to the comments Discussion
Par Laurence Alexandrowicz
Rui Rio, le chef de l'opposition portugaise qui doit convaincre même dans ses rangs
Tous droits réservés  Armando Franca/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved

Après plusieurs années en tant que numéro 2 du parti, Rui Rio prend la présidence du Parti social-démocrate début 2018 et, avec elle, la tête de l'opposition de centre-droit au gouvernement d'Antonio Costa.

"Le gouvernement actuel aura dans la nouvelle direction du PSD une opposition ferme et attentive, mais jamais démagogique ni populiste", déclare Rui Rio en 2018.

Connu des électeurs principalement pour avoir été maire de Porto, un poste qu'il a occupé 11 ans, pendant trois mandats, Rui Rio mesure sa popularité nationale pour la première fois en 2019. Il affronte alors Antonio Costa aux élections législatives.

Il finit à la deuxième place, avec 27 % des voix, à 9 points des socialistes. Les conservateurs du PSD perdent des sièges au Parlement.

Sa performance à la tête du parti sera à nouveau scrutée, lors des élections municipales de 2021

A cause de ses choix, souvent incompris, et le départ de grands noms du PSD, beaucoup prédisent la défaite de Rui Rio.

Mais la victoire des conservateurs à la mairie de Lisbonne atténue le désastre électoral attendu : l'ancien commissaire européen Carlos Moedas met fin à 14 ans de domination socialiste dans la capitale .

Cette conquête n'empêche pas l'eurodéputé conservateur Paulo Rangel de contester la direction du PSD, alors que des élections législatives anticipées sont déjà en vue.

Mais Rui Rio remporte les élections internes et, c'est renforcé, qu'il lance la campagne nationale.

"Nous sommes un parti réformiste, explique-t-il pendant la campagne, donc nous n'allons pas faire de révolution, ni détruire tout ce que les autres ont fait".

Les promesses ont néanmoins été ébranlées par la possibilité d'une coalition gouvernementale avec l'extrême droite. Les discours sont en effet assez proches, et il faut battre la gauche au Parlement. Rui Rio a écarté ce mariage, il entend rester au centre.