This content is not available in your region

Le Burkina Faso suspendu par la Cédéao, conséquence du coup d'Etat

Access to the comments Discussion
Par Olivier Peguy  avec AFP, AP
euronews_icons_loading
Un Burkinabé brandit le portrait du lieutenant-col. Paul-Henri Sandaogo Damiba, lors d'une manifestation de soutien à la junte - Ouagadougou, le 25/01/2022
Un Burkinabé brandit le portrait du lieutenant-col. Paul-Henri Sandaogo Damiba, lors d'une manifestation de soutien à la junte - Ouagadougou, le 25/01/2022   -   Tous droits réservés  Sophie Garcia/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.

La Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) a suspendu le Burkina Faso. Conséquence du coup d'Etat perpétré ces derniers jours. "Pas question de se laisser faire", préviennent certains Burkinabés.

La Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) a suspendu le Burkina Faso. Une décision prise ce vendredi lors d'un sommet en visio-conférence.

La Cédéao a par ailleurs exigé la libération de Roch Marc Christian Kaboré, le président renversé par les putschistes.

Pour le moment, pas d'autres sanctions. Mais l'organisme ouest-africain fera un point sur la situation dans une semaine.

Tweet du président de la Côte d'Ivoire, Alassane Ouattara

Le Burkina et les "puissances impérialistes"

A Ouagadougou, plusieurs organisations de la société civile ont réaffirmé ce vendredi leur soutien à la junte, exprimant une certaine défiance à l'égard de la Cédéao.

Roland Bayala est le porte-parole de la Coalition des Patriotes africains du Burkina Faso (COPA/BF). A des journalistes rassemblés à Ouagadougou, il a déclaré :

« _Nous osons donc dire à la Cédéao de faire beaucoup attention à ses sanctions contre le peuple burkinabè, contre cette transition, parce que nous n'allons pas nous laisser faire._Nous n'allons pas une fois de plus laisser le Burkina Faso en proie à des puissances impérialistes. »

Cette réaffirmation de la souveraineté nationale était aussi le fil directeur de l'allocution télévisée du lieutenant-colonel Damiba ce jeudi soir.

Le nouvel homme fort du pays s'exprimait pour la première fois depuis sa prise du pouvoir. Il s'est voulu conciliant vis-à-vis des partenaires du pays.

En ce moment particulièrement difficile pour notre pays, le Burkina Faso a plus que jamais besoin de ses partenaires.
C'est pourquoi j'appelle la communauté internationale à accompagner notre pays afin qu'il puisse sortir le plus rapidement possible de cette crise pour reprendre sa marche vers le développement.
Paul-Henri Sandaogo Damiba
chef de la junte au pouvoir au Burkina Faso

Quelle relation avec la France ?

La question, c'est de savoir quel type de relation le Burkina Faso va entretenir avec son partenaire traditionnel, la France, notamment sur le domaine militaire.

Certaines voix plaident pour que les autorités burkinabè s'inspirent du modèle malien. La junte au pouvoir à Bamako a récemment demandé la révision de l'accord de défense qui lie le Mali et la France.