Les tensions russo-ukrainiennes se poursuivent entre Russie et Occident

Des militaires discutent dans une tranchée sur le territoire contrôlé par les militants pro-russes dans la région de Donetsk jeudi 27 janvier 2022.
Des militaires discutent dans une tranchée sur le territoire contrôlé par les militants pro-russes dans la région de Donetsk jeudi 27 janvier 2022. Tous droits réservés Photo : Alexei Alexandrov (Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.)
Tous droits réservés Photo : Alexei Alexandrov (Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.)
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Ce dimanche, la télévision russe a montré le déploiement de nouveaux avions de combat dans la région de Kaliningrad alors que les Etats-Unis chargeaient des armes à destination de l'Ukraine.

PUBLICITÉ

Ce dimanche, la télévision russe a montré le déploiement de nouveaux avions de combat dans la région de Kaliningrad alors que les Etats-Unis chargeaient des armes à destination de l'Ukraine.

De son côté, Londres veut cibler davantage les intérêts russes "qui intéressent directement le Kremlin" grâce à un durcissement de son régime de sanctions présenté la semaine prochaine, a déclaré dimanche la cheffe de la diplomatie britannique Liz Truss.

Le Royaume-Uni a multiplié ces dernières 48 heures les annonces pour tenter d'accroître la pression sur Moscou et dissuader le Kremlin d'envahir l'Ukraine.

Le Premier ministre Boris Johnson va proposer à l'Otan de doubler le contingent britannique de quelques 1 150 soldats actuellement déployés en Europe de l'Est. Il doit également parler au président russe Vladimir Poutine pour l'exhorter à "reculer", se rendre dans les jours qui viennent en Ukraine, et l'annonce d'un renforcement du régime de sanctions est attendu lundi.

Il s'agit de pouvoir "cibler davantage d'intérêts russes qui intéressent directement le Kremlin", a déclaré sur Sky News la ministre des Affaires étrangères Liz Truss, qui doit se rendre prochainement en Ukraine, puis à Moscou.

Le régime actuel de sanctions ne permet actuellement de "cibler que les entreprises ayant une implication directe dans la déstabilisation de l'Ukraine".

"Ce que nous cherchons à faire, c'est d'élargir le champ d'application des sanctions afin que toute entreprise présentant un intérêt pour le Kremlin et le régime russe puisse être visée", a-t-elle expliqué, alors que le Royaume-Uni est accusé de fermer les yeux sur l'afflux de fonds russes sur son sol. "Les oligarques de Poutine et les entreprises russes impliquées dans le soutien de l'Etat russe n'auront nulle part où se cacher", a-t-elle ajouté.

Les relations entre la Russie et l'Occident ont atteint leur point le plus bas depuis la Guerre froide.

La Russie a déployé ces derniers mois des dizaines de milliers de soldats aux frontières de l'Ukraine, faisant craindre une invasion. Si le gouvernement russe nie tout projet en ce sens, il insiste sur des garanties écrites pour la sécurité de la Russie, y compris la promesse que l'Ukraine n'entrera pas dans l'Otan.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Crise en Ukraine : Washington va envoyer des renforts militaires en Europe de l'Est

Vladimir Poutine espère "une solution" à la crise russo-occidentale

Suspects arrêtés en Pologne après l'agression d'un opposant russe en Lituanie