This content is not available in your region

Abus sexuels dans l'Eglise allemande : le mea culpa de Benoît XVI

Access to the comments Discussion
Par Camille Pauvarel  & Euronews
euronews_icons_loading
Joseph Ratzinger s'est exprimé dans une lettre, moins de trois semaines après la publication d'un rapport l'accusant d'inaction.
Joseph Ratzinger s'est exprimé dans une lettre, moins de trois semaines après la publication d'un rapport l'accusant d'inaction.   -   Tous droits réservés  Gregorio Borgia/Copyright 2016 The Associated Press. All rights reserved.

Moins de trois semaines après la publication d'un rapport accablant, le pape émérite Benoit XVI a demandé pardon pour les violences sexuelles commises au sein de l'archidiocèse de Munich et Freising en Allemagne lorsqu'il y était archevêque de 1977 à 1982. Des excuses écrites, lues au Vatican le 8 février par son secrétaire personnel Georg Gaenswein.

"J'ai eu de grandes responsabilités dans l'Église catholique. Ma douleur est d'autant plus grande pour les violences sexuelles et les erreurs qui ont eu lieu dans différents lieux pendant la durée de mon mandat.

Dans toutes mes rencontres, notamment au cours de plusieurs voyages apostoliques, avec des personnes abusées sexuellement par des prêtres, j'ai été confronté aux conséquences de cette faute, la plus grave et j'ai compris que nous sommes nous-mêmes entraînés dans cette faute grave chaque fois que nous la négligeons ou que nous ne l'affrontons pas avec la détermination et la responsabilité nécessaires, comme cela s'est trop souvent produit et continue de se produire".

J'ai compris que nous sommes nous-mêmes entraînés dans cette faute grave chaque fois que nous la négligeons ou que nous ne l'affrontons pas avec la détermination et la responsabilité nécessaires [...]
Benoît XVI
Ancien pape (2005-2013) et archevêque de Munich et Freising (1977-1982)

Le rapport de Munich publié le 20 janvier, recense plus de 400 victimes de violences sexuelles entre 1945 et 2019 dans le diocèse de Munich. L'enquête indique que Joseph Ratzinger, archevêque durant cinq ans, était au courant de quatre cas de prêtres soupçonnés de pédophilie et les a couvert.

Si fin janvier, le cardinal de 94 ans a finalement admis avoir participé à des réunions évoquant le cas de prêtres aux comportements déplacés, il assure n'avoir jamais couvert de prêtres pédocriminels.

Enfin, dans sa lettre, Joseph Ratzinger remercie son successeur, le pape François pour son "soutien et sa "confiance".