EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Nucléaire iranien : "dernière ligne droite" des négociations à Vienne

 le Palais Coburg, où se déroulent des négociations nucléaires à huis clos, à Vienne, en Autriche, le 17 décembre 2021.
le Palais Coburg, où se déroulent des négociations nucléaires à huis clos, à Vienne, en Autriche, le 17 décembre 2021. Tous droits réservés Michael Gruber/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.
Tous droits réservés Michael Gruber/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.
Par Anne Devineaux avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Sous médiation européenne, les négociateurs tentent de sauver l'Accord de 2015 dont les Etats-Unis s'étaient retirés unilatéralement sous la présidence Trump

PUBLICITÉ

Les pourparlers sur le nucléaire iranien dans la dernière ligne droite. Un nouveau round de discussions s'est ouvert ce mardi à Vienne, en Autriche. Objectif : ramener les Etats-Unis et l'Iran à des négociations directes, quatre ans après le retrait unilatéral de Washington, alors sous présidence Trump, de l'Accord de 2015.

Sous médiation européenne, depuis le printemps 2021, les Iraniens s'adressent aux parties restantes, Allemagne, Chine, France, Royaume-Uni et Russie, avec la participation indirecte des Américains. "Malgré les progrès", les pourparlers "sont parvenus à un stade où une conclusion devient urgente", a prévenu lundi un porte-parole du département d'Etat américain.

Côté iranien, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères a estimé que la balle était du côté des Etats-Unis. "Nous espérons que la délégation américaine reviendra à Vienne avec des instructions claires sur la manière de remplir ses obligations sur la levée des sanctions", a précisé Saïd Khatibzadeh.

Et le temps presse. Selon les experts, les Iraniens ont tellement dérogé aux restrictions prévues par l'accord de 2015 qu'ils ne sont qu'à quelques semaines de disposer de suffisamment de matière fissile pour fabriquer une arme atomique. Le chancelier allemand Olaf Scholz a jugé "le moment décisif" dans une interview au quotidien américain Washington Post. "Nous avons adressé un message clair" à l'Iran: "c'est l'heure des décisions, pas de faire traîner le processus", a-t-il dit. "Nous espérons qu'ils saisiront cette chance".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'Iran éteint 27 caméras de surveillance dans ses sites nucléaires, en signe de protestation

Iran : un avion de combat s’est écrasé sur une école à Tabriz, trois personnes sont mortes

Iran : Ebrahim Raïssi, portrait d'un dirigeant ultra-conservateur