EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Une avocate porte plainte contre les essais nucléaires français en Algérie dans les années 60

Un nouveau-né à Reggane  en Algérie
Un nouveau-né à Reggane en Algérie Tous droits réservés Cleared
Tous droits réservés Cleared
Par euronews
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Il y a 62 ans, la France effectuait le premier de ses essais nucléaires atmosphériques à Reggane, loin dans le Sahara algérien. Les habitants de la région, des décennies plus tard, vivent toujours avec les effets des retombées de ces essais nucléaires, une avocate porte plainte contre la France.

PUBLICITÉ

Il y a 62 ans, la France effectuait le premier de ses essais nucléaires atmosphériques. "Gerboise Bleue", le nom du test, avait eu lieu à Reggane, loin dans le Sahara algérien. Les habitants de la région, des décennies plus tard, vivent toujours avec les effets des retombées de ces essais nucléaires.

Aujourd'hui, Fatma Zohra Benbrahan, avocate algérienne et et militante des droits de l'Homme, porte plainte contre les autorités françaises, et les présidents, de Valéry Giscard-d'Estaing à Emmanuel Macron, devant la Cour pénale internationale à La Haye.

Selon elle, les essais ont impacté Reggane et plus largement sur 700 kilomètres de diamètre : "C'est la zone dans laquelle se trouvaient les victimes de ces explosions atomiques, explique l'avocate. Cela mérite d'être mentionné car jusqu'à ce jour, la France ne veut pas reconnaître le diamètre dans lequel ces explosions ont eu lieu. La liste des maladies radio-induites qui s'élève actuellement à 42 maladies radio-induites n'est reconnue que pour 12 de ces cas. Il convient d'en citer quatre autres. On est donc loin d'une reconnaissance de l'impact sanitaire sur les citoyens."

Des victimes aujourd'hui encore

La localité de Reggane continue de compter encore un taux important de cancéreux, de personnes souffrant d'hypertension et d'innombrables cas de malformations et autres pathologies liées à ces essais de la France coloniale.

Un vieil homme aveugle raconte son 13 février 1960 :

"Après ce jour là, tous les Français ont quitté la région en avion pour la France, pendant que nous on restait là. J'ai perdu la vue ce jour là."

Des essais en Algérie, avant la Polynésie française

Pour mener son combat, l'avocate Fatma Zohra Benbraham s'appuie sur un document officiel dans lequel le gouvernement français a reconnu les 200 essais nucléaires effectués en Polynésie française entre 1966 et 1996.

Les essais nucléaires dans le désert algérien ont duré six ans, jusqu'en 1966.

La série Reggane était un groupe de 4 essais nucléaires atmosphériques de bombe A menés par la France entre février 1960 et avril 1961, vers la fin de la guerre d'Algérie pour l'indépendance.

Les bombes ont explosé au Centre d'expérimentation militaire saharien près de Reggane. C'était la première fois que la France faisait exploser des armes nucléaires.

Une série de 13 essais nucléaires souterrains et cinq essais nucléaires atmosphériques ont été menés ensuite dans les montagnes du Hoggar, près d'In-Ekker, entre novembre 1961 et février 1966.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Perdus en mer en jet-ski, deux vacanciers franco-marocains tués par des garde-côtes algériens

Deux touristes franco-marocains tués par balle au large des côtes algériennes

Art Basel : la grande foire d'art de Bâle va ouvrir ses portes au public