This content is not available in your region

Le réchauffement climatique risque d'accentuer l'insécurité alimentaire et la pauvreté en Afrique

Access to the comments Discussion
Par Yolaine De Kerchove Dexaerde
euronews_icons_loading
Le réchauffement climatique risque d'accentuer l'insécurité alimentaire et la pauvreté en Afrique
Tous droits réservés  ZINYANGE AUNTONY/AFP or licensors

Le réchauffement climatique sera au cœur des discussions lors du sixième sommet entre l'Union européenne et l'Union africaine prévu ce 17 et 18 février 2022 à Bruxelles.

"Nous devons accompagner dans sa transition énergétique et climatique le contient africain", a déclaré le président français Emmanuel Macron.

Selon l'ONU, d'ici 2030 plus de 100 millions d'Africains seront touchés par le réchauffement planétaire. Sécheresses, inondations, fonte des rares glaciers... Les événements climatiques extrêmes accentuent l'insécurité alimentaire et la pauvreté. Le coût est lourd pour ce continent à faibles revenus.

On estime que les effets dévastateurs du changement climatique feront augmenter le PIB du continent de plus de 50 % d'ici à 2030. Et c'est une pilule amère à avaler étant donné que le continent africain ne contribue qu'à hauteur de 4 % aux émissions totales de gaz à effet de serre
Robert Muthami, Friedrich Ebert Stiftung Kenya,
Expert en changement climatique et membre de la délégation COP 2021

L'Afrique s'est réchauffée plus rapidement que la moyenne mondiale souligne l'ONU. Les phénomènes climatiques extrêmes menacent la production agricole et l'accès à l'eau. Ces tensions pourraient entraîner le déplacement de 86 millions de personnes d'ici 2050. Pour l'Union européenne, l'enjeu est climatique mais c'est aussi une question de justice sociale.

Les pays industrialisés polluent beaucoup plus mais le continent africain souffre beaucoup plus. Nous devons donc tout rythmer sur une nouvelle compréhension de la justice et de la coopération. Nous ne devons pas oublier que les émissions de CO2 par habitant en Afrique sont les plus faibles, alors que la production d'émissions de CO2 par habitant sur le globe est la plus élevée en Europe, aux États-Unis et en Asie.
Andreas Schieder
Eurodéputée (S&D)

Toutefois, tous les pays africains ne sont pas prêts à renoncer dans l'immédiat à la manne financière engendrée par les importantes réserves d'énergies fossiles présentes sur leur continent.

Journaliste • Grégoire Lory