This content is not available in your region

Conséquence concrète du changement climatique : l'érosion des côtes de l’Europe

Access to the comments Discussion
Par Hans von der Brelie
euronews_icons_loading
Witness
Witness   -   Tous droits réservés  euronews

Le changement climatique causé par les activités humaines menace les côtes de l'Europe. Il est responsable de la hausse du niveau des eaux et cause des tempêtes de plus en plus fréquentes et sévères. Le changement climatique accélère également l’érosion du littoral. 

En Normandie française de grandes falaises s'effondrent et sur la côte allemande, les îles Halligen protégées par l'UNESCO, situées dans la mer des Wadden sont menacées de disparaître un jour.

Dans cet épisode de Witness Euronews, notre reporter Hans von der Brelie s'est rendu dans ces régions européennes qui subissent déjà les conséquences concrètes des effets dramatiques du changement climatique, et voici son témoignage.

Les falaises d'Etretat en danger

Je suis sur la célèbre plage du Tilleul près d'Etretat en Normandie, dans le nord de la France.

Je me trouve devant un énorme amas de blocs géants qui me fait penser à une sorte de pyramide antique écrasée à l'envers. Pour être honnête, il n’y a plus vraiment de plage, avec tous ses éboulements et effondrements de falaises, l'endroit ressemble plus à un paysage apocalyptique.

Le maire du village, Raphaël Lesueur qui m'a guidé, me montre à quel point cette plage est devenue dangereuse. Le risque d'un nouvel éboulement est important. Le maire a même fait poser des panneaux d'avertissement et a interdit l'accès avec un arrêté municipal.

Il me montre les grandes fissures qui se dessinent sur ces falaises de craie, alors qu'une profonde déception s'entend dans sa voix.

Ces falaises de craie font le charme de la Normandie, mais combien de temps peuvent-elles encore résister aux effets du changement climatique ? Les changements brutaux de températures, les pluies extrêmes et la montée des eaux creusent toujours les pieds de falaises qui sont de plus en plus fragilisés.

Un paysage magnifique et triste

Pour en apprendre plus sur l'érosion du littoral français, le capitaine Stéphane Dodivers m'emmène faire un tour en bateau le long du littoral. Bruno, un pilote de drone, monte également à bord avec nous.

Il y a beaucoup trop de vent et de vagues, mais nous continuons notre escapade. Après quelques minutes seulement je suis complètement trempé et ma caméra ne fonctionne plus à cause de l'eau, je dois sortir une deuxième caméra de mon sac à dos.

Le capitaine Stéphane Dodivers a grandi dans les environs, il connaît toutes les falaises et les fissures une par une. "C'est le changement climatique", dit-il, en soulignant que les éboulements sont plus fréquents depuis un certain temps.

Mon collègue Bruno guide son drone en hauteur et me montre les images, c'est magnifique, extrêmement beau, mais les images d'éboulements sont vraiment déprimantes. Ces gens qui voient les effets concrets du changement ont de quoi être triste.

Des habitants qui ne veulent pas quitter leur maison

Un peu plus loin, dans la commune de Criel-sur-Mer, de belles maisons sont alignées au bord de la falaise. "Là-bas, elles sont en sécurité", souligne le maire Alain Trouessin.

D'épaisses couches de galets sur la plage protègent cette partie du village des fortes vagues. Mais quelques mètres plus loin, les pieds des falaises sont sans protection et subissent de plein fouet les conséquences de la montée des eaux.

Le changement climatique n'est qu'une partie des raisons, mais il accélère le processus d'érosion habituel.

Pour me montrer l'ampleur des conséquences, Alain Trouessin m'emmène en haut de la colline, dans un quartier agréable, mais soudain la route est bloquée. Il n'y a plus de route, il n'y a plus rien. La moitié de la route a été démolie récemment.

"Dans les 20 ans à venir, il y aura une douzaine de maisons touchées, dans 50 ans, nous devrons reculer les constructions de la falaise de 150 à 200 mètres", me dit le maire Alain Trouessin.

Trouessin a une mission difficile, des familles refusent de déménager hors de la zone de danger, il est obligé de les exproprier : "Cette maison là-bas, nous allons la détruire dans quelques semaines".

Une église historique qui risque de disparaître

Je me dirige maintenant vers Varengeville-sur-Mer, l'érosion côtière moyenne annuelle atteint déjà les 60 centimètres ici. Depuis le XIe siècle, l'église de Varengeville brave le vent et les intempéries à 80 mètres de hauteur. Je suis envoûté par les magnifiques vitraux de Georges Braques et Raoul Ubac, tandis qu'en bas, la mer est littéralement en train de dévaster le littoral.

L'église pourrait s'effondrer dans une trentaine d'années. Comment la sauver ? Les décideurs locaux et en discutent encore. La déplacer coûterait beaucoup trop cher. La démonter, pour la reconstruire ailleurs? Ou alors, laisser le temps, l'eau et le changement climatique suivre leur cours.