PUBLICITÉ

Ni plus, ni moins : la vente d'armes à la Russie était "conforme" au droit, déclare Emmanuel Macron

Lors d'un séminaire à Martignas-sur-Jalle, en avril 2019
Lors d'un séminaire à Martignas-sur-Jalle, en avril 2019 Tous droits réservés MEHDI FEDOUACH/AFP or licensors
Tous droits réservés MEHDI FEDOUACH/AFP or licensors
Par Euronews & AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

le président français estime que la poursuite de la livraison d'équipements militaires à la Russie entre 2015 et 2020, donc après les sanctions européennes ayant suivi l'annexion de la Crimée, étaient en conformité avec "le droit international".

PUBLICITÉ

Emmanuel Macron a jugé la poursuite de la livraison d'équipements militaires à la Russie entre 2015 et 2020, donc après les sanctions européennes ayant suivi l'annexion de la Crimée, en conformité avec "le droit international".

Le média en ligne Disclose a affirmé lundi que la France avait délivré au moins 76 licences d'exportation de matériel de guerre à la Russie depuis 2015. Le gouvernement français s'est défendu de tout manquement.

"La France s'est conformée en 2014 exactement à ce qu'il convenait, c'est-à-dire au droit international", a réagi le président français, interrogé par la presse mardi en marge d'une visite à des réfugiés ukrainiens, dans le Maine-et-Loire.

Des "montants très réduits"

"Le président Hollande a pris des décisions, y compris des décisions très fortes et structurantes à l'époque (...) L'ensemble des contrats qui étaient couverts par les engagements de la France et qui n'étaient pas conformes à ce moment-là à ce qui a été décidé en 2014 ont été interrompus", a-t-il souligné, évoquant la simple poursuite de "fins de contrats dans des montants très réduits".

La France a pris les décisions qu'elle devait prendre en 2014 et je les défends ici, même si ce n'est pas moi qui les ai prises, nous nous y sommes scrupuleusement tenus et c'est qu'il convenait de faire
Emmanuel Macron

Et d'insister: "La France a pris les décisions qu'elle devait prendre en 2014 et je les défends ici, même si ce n'est pas moi qui les ai prises, nous nous y sommes scrupuleusement tenus et c'est qu'il convenait de faire".

La clause "du Grand-père"

Depuis l'annexion de la Crimée en 2014 par la Russie, l'Union européenne impose un embargo sur les armes, mais la France a continué de fournir du matériel en vertu de contrats signés avant cette date.

"La France se conforme strictement à ses engagements internationaux, notamment le traité sur le commerce des armes et la position commune de l'UE", avait réagi lundi sur Twitter le porte-parole du ministère des Armées, Hervé Grandjean.

Si l'on en croit la communication du ministère des Amées, selon la "clause du grand-père", il convient d'honorer jusqu'au bout les obligations découlant d'un contrat de vente d'armes si celui-ci a été passé avant l'entrée en vigueur d'un embargo. 

**Légalement, l'argument est imparable, mais moralement ? La question mérite d'être posée... **

Parmi les matériels livrés figurent des caméras thermiques pour équiper les blindés, selon Disclose qui ajoute que ces matériaux peuvent être utilisés par l'armée russe en Ukraine.

L'industrie française a aussi livré à l'Armée de l'air russe des systèmes de navigation et des systèmes d'imagerie pour hélicoptères, selon le média. Les groupes Thalès et Safran en auraient été les principaux bénéficiaires.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Ukraine : efforts diplomatiques, 20 000 personnes évacuées de Marioupol

La France a "donné son accord" pour la livraison de matériel militaire à l'Arménie

Coup de feu dans un TGV entre Annecy et Paris : un forcené interpellé