This content is not available in your region

Nouveaux pourparlers entre Russes et Ukrainiens prévus en Turquie

Access to the comments Discussion
Par euronews
euronews_icons_loading
Nouveaux pourparlers entre Russes et Ukrainiens prévus en Turquie
Tous droits réservés  AP/AP

La guerre en Ukraine a déjà provoqué la fuite de près de 4 millions de personnes selon l’ONU qui estime aussi qu’un peu plus de 1 000 civils ont été tués. La mairie de Marioupol affirme quant à elle que les attaques russes ont déjà fait plus de 2 000 victimes civiles dans la ville assiégée.

C’est dans ce contexte que Russes et Ukrainiens doivent entamer de nouveaux pourparlers à Istanbul en début de semaine. La Turquie avait déjà accueilli les ministres des Affaires étrangères des deux pays le 10 mars, sans que cela débouche sur des avancées concrètes.

Avant les discussions, le président ukrainien Volodymyr Zelensky s’est entretenu avec des journalistes russes en visio, indiquant qu'il était prêt à discuter du statut du Donbass, de la neutralité de l'Ukraine et des garanties de sécurité : "Le point des garanties de sécurité est important pour les deux pays, pour l’Ukraine et pour eux aussi. Je le comprends tout à fait. Ce point doit être discuté et il est soigneusement étudié."

Hier, le président russe Vladimir Poutine a félicité les unités de la Garde nationale impliquées dans ce qu'il appelle les opérations spéciales en Ukraine, lors d’une allocution. Le Kremlin a aussi déclaré ces derniers jours qu’il concentrait désormais ses efforts sur la région du Donbass, partiellement contrôlée par les séparatistes pro-russes.

Alors que la situation humanitaire est toujours jugée catastrophique à Marioupol, des responsables rebelles du gouvernement autoproclamé de Donetsk affirment avoir installé des tentes à l'est de la ville, pour accueillir les personnes évacuées. L'Ukraine a accusé la Russie de déplacer de force des milliers de civils de ce port stratégique de la mer d'Azov dévasté par les bombardements russes, ce que la Russie dément.

De son côté, la Finlande a annoncé la fermeture de la ligne ferroviaire reliant Helskinki à Saint-Pétersbourg, évoquant les sanctions imposées à la Russie suite à son invasion de l’Ukraine. Il s’agissait de l’une des dernières permettant aux Russes de rejoindre un pays de l’Union Européenne. Ceux qui souhaitent se rendre en Finlande peuvent toujours le faire en voiture ou en bus.