This content is not available in your region

Zone euro : l'inflation atteint un nouveau record sur un an en mars, à 7,5%

Access to the comments Discussion
Par Euronews
euronews_icons_loading
La guerre en Ukraine propulse l'inflation à un nouveau record en mars
La guerre en Ukraine propulse l'inflation à un nouveau record en mars   -   Tous droits réservés  AP Photo/Matthias Schrader

Le taux d'inflation dans la zone euro a battu un nouveau record en mars, à 7,5% sur un an, a annoncé vendredi Eurostat, alors que la guerre en Ukraine a encore accéléré la flambée des prix de l'énergie.

En février, l'inflation avait atteint 5,9% pour les 19 pays ayant adopté la monnaie unique, ce qui représentait déjà le niveau le plus élevé enregistré par l'office européen des statistiques depuis le début de cet indicateur, en janvier 1997. L'inflation a atteint chaque mois un nouveau sommet historique depuis novembre.

La hausse des prix à la consommation est toujours alimentée par l'envolée des prix du pétrole, du gaz et de l'électricité, mais de façon encore plus marquée que précédemment. Les tarifs de l'énergie ont bondi de 44,7% sur un an en mars, après +32% en février.

Toutes les composantes de l'indice sont touchées.

La progression des prix de l'alimentation (y compris alcool et tabac) s'est accélérée le mois dernier, à 5%, après 4,2% en février.

Les biens industriels se sont renchéris de 3,4% sur un an en mars, après 3,1% le mois précédent. Les prix des services restent relativement plus sages (+2,7% en mars, contre 2,5% en février).

L'accélération de l'inflation alimente une crise sociale en Europe, de nombreux ménages peinant de plus en plus à boucler les fins de mois.

Elle est un casse-tête pour la Banque centrale européenne (BCE) qui veille à la stabilité des prix. Le taux de renchérissement actuel dépasse très largement son objectif de 2% par an.

La guerre en Ukraine lancée le 24 février par la Russie "accentue l'inflation et réduit la croissance simultanément", a souligné mercredi la présidente de la BCE, Christine Lagarde, évoquant "une incertitude considérable" pour les perspectives économiques des prochains mois.