This content is not available in your region

Ukraine : la chute de Marioupol est imminente

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Vue aérienne du port stratégique de Marioupol dans le sud-est de l'Ukraine, pilonné par les forces russes
Vue aérienne du port stratégique de Marioupol dans le sud-est de l'Ukraine, pilonné par les forces russes   -   Tous droits réservés  Planet Labs PBC/AP

Les forces russes continuent de pilonner Marioupol et libérer la ville est "désormais militairement impossible", selon le conseiller du président Zelensky. 

Les forces ukrainiennes se préparent à la chute de ce port stratégique du sud-est du pays, assiégé depuis plus d'un mois par l'armée russe et largement détruit. Elles évoquent une ultime bataille faute de munitions. Trois mille soldats ukrainiens seraient encore à l'intérieur de la cité, en position défensive. Les séparatistes pro-russes de Donetsk affirment ce lundi avoir entièrement conquis la zone portuaire de Marioupol.

Les Russes veulent faire de Marioupol un exemple
Volodymyr Zelensky
président ukrainien

"Marioupol est détruit. Il y a des dizaines de milliers de morts. Mais même ainsi, les Russes n'arrêtent pas l'offensive. Ils veulent faire de Marioupol un exemple" avertit Volodymyr Zelensky, le président ukrainien.

Aujourd'hui sera probablement l'ultime bataille" à Marioupol "car nos munitions s'épuisent", a écrit lundi sur Facebook la 36e brigade de la marine nationale des forces armées ukrainiennes, qui combat dans cette ville.

"Ce sera la mort pour certains d'entre nous et la captivité pour les autres. Nous ne savons pas ce qu'il va se passer, mais nous vous demandons vraiment de vous souvenir (de nous) avec un mot gentil", a demandé la 36e brigade aux Ukrainiens.

"Pendant plus d'un mois, nous avons combattu sans réapprovisionnement en munitions, sans nourriture, sans eau", faisant "le possible et l'impossible", a ajouté cette unité, précisant que "la moitié" de ses membres sont blessés.

Les Russes font depuis des semaines le siège de Marioupol, dont la prise leur permettrait de consolider leurs gains territoriaux sur la bande côtière le long de la mer d'Azov en reliant les régions du Donbass à la péninsule de Crimée, annexée par Moscou en 2014.

Prochaine étape : s'emparer entièrement de la région du Donbass. Les autorités ukrainiennes s'attendent à une offensive majeure imminent sur l'est du pays. Et aucune trêve n'est envisagée par Moscou :

"Lors du 1er cycle de négociations, le président Poutine a ordonné de faire une pause dans les hostilités, au cours de l'opération militaire spéciale. Mais quand nous avons été convaincus que les Ukrainiens n'allaient pas faire de même, il a été décidé qu'il y aurait pas de pause durant les prochains cycles de négociations, tant qu'il n'y aura pas d'accord final; tant qu'il ne sera pas signé" indique Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères.

Selon des experts, Vladimir Poutine, embourbé face à la résistance acharnée des Ukrainiens, veut obtenir une victoire dans la région du Donbass avant le défilé militaire du 9 mai, marquant la victoire soviétique sur les nazis.