This content is not available in your region

En Roumanie, la police du ciel de l'OTAN sous pression

Access to the comments Discussion
Par  Adelin Petrișor
euronews_icons_loading
Un avion de combat sur la base aérienne roumaine de Mihail Kogalniceanu
Un avion de combat sur la base aérienne roumaine de Mihail Kogalniceanu   -   Tous droits réservés  Euronews / Royal Air Force

En Roumanie, à quelques centaines de kilomètres de la Crimée, cette base aérienne de Mihail Kogalniceanu est un point chaud pour l'OTAN. Six avions de combat Typhoon et 200 soldats britanniques de la Royal Air Force sont venus prêter main forte aux pilotes roumains pour des missions de police du ciel.

Paul Griffin est chef d'escadron à la RAF : "Il s'agit d'une présence accrue en mer Noire, compte tenu de ce qui se passe dans cette partie du monde. Donc, nous sommes ici pour rassurer nos alliés de l'OTAN, et nos amis roumains, montrer que nous prenons nos engagements au sérieux et pour agir de manière proportionnellement dissuasive à toute activité croissante dans la région de la mer Noire".

Le centre de l'OTAN à Torrejón, en Espagne, alerte les pilotes lorsqu'un avion non identifié s'approche de l'espace aérien de l'Alliance Atlantique. Les Roumains et les Britanniques doivent décoller dans les 15 minutes.

"_Une fois dans les airs, il s'agit surtout d'utiliser le radar et les capteurs à bord pour suivre un avion, s'en approcher si nécessaire et potentiellement entrer en contact avec lui et l'encourager à ne pas s'approcher de l'espace aérien de l'OTAN que nous essayons de protéger", explique _Nathan Shawyer, pilote britannique de Typhoon.

"Nous sommes assez occupés ces jours-ci, tant par les missions de police aérienne que par les patrouilles de combat. Nous effectuons ces missions presque tous les jours", nous dit Silviu Mărincaș, pilote de Mig 21 LanceR des forces aériennes roumaines.

L'espace aérien roumain est aujourd'hui défendu par une soixantaine d'avions Mig 21, F 16 et Eurofighter Typhoon de Roumanie, des Etats-Unis, d'Italie et de Grande-Bretagne. "Ce n'est pas la première fois que les pilotes britanniques sont en mission en Roumanie. Il s'agit de la quatrième rotation depuis 2017. Et chaque rotation dure quatre mois", précise notre reporter Adelin Petrișor.