This content is not available in your region

Pas de reddition à Marioupol : les soldats ukrainiens ignorent l'ultimatum russe

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
AFP
AFP   -   Tous droits réservés  AFP

Le Premier ministre ukrainien Denys Chmygal assure que les soldats de Marioupol qui résistent à l'offensive russe combattront "jusqu'au bout".

De son côté, Moscou accuse Kiev de menacer les soldats ukrainiens qui voudraient se déposer les armes.

Igor Konachenkov, porte-parole du ministère russe de la Défense : "Il est proposé aux goupes d'Ukrainiens encerclés et bloqué dans l'usine métallurtique d'Azovstal de Marioupol de se rendre pour sauver leurs vies. Le régime nationaliste de Kiev leur a interdit de mener des négociations sur leur reddition et a ordonné aux nazis d'Azov de fusiller tout soldat ukrainien ou mercenaire qui voudrait déposer les armes."

Dans le nord-est, au moins cinq personnes ont été tuées dimanche et 13 autres blessées à Kharkiv.

La deuxième ville d'Ukraine, a été la cible d'une série de frappes qui a provoqué plusieurs incendies.

Plus nous sommes forts, meilleurs seront les résultats des pourparlers
Volodymyr Zelensky
président ukrainien

Les forces russes ont par ailleurs annoncé avoir bombardé dimanche une nouvelle usine d'armement près de Kiev où le président Volodymyr Zelensky prévient que les négociations pourraient ne pas reprendre.

Volodymyr Zelensky, président ukrainien : "Plus nous sommes forts, meilleurs seront les résultats des pourparlers. Plus il y aura de situations comme à Borodianka, moins il y aura de chance de négociations."

À une cinquantaine de kilomètres au nord-ouest de Kiev, les secouristes ukrainiennes fouillent encore les décombre de Borodianka.

La ville a été paillonnée par l'armée russe et après son départ les Ukrainiens découvrent des traces d'exactions et notamment des corps de civils exécutés.