Ukraine : des missiles sur Odessa, des hauts-responsables attendus à Kiev

Efrem Lukatsky
Efrem Lukatsky Tous droits réservés Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.
Par euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les forces russes ont confirmé qu'elles cherchaient désormais à "établir un contrôle total sur le Donbass et le sud de l'Ukraine".

PUBLICITÉ

"La guerre est en Ukraine, il n'y a pas de cadavres dans les rues de Moscou", a déclaré Volodymyr Zelensky lors d'une conférence de presse qu'il a tenue dans le métro ce vendredi. Le Président ukrainien critiquait ainsi la décision du Secrétaire général de l'ONU, pour une tournée diplomatique, de se rendre d'abord en Russie puis en Ukraine.

Kiev s'apprête par ailleurs à accueillir demain les secrétaire d'Etat et ministre de la Défense américains. Les discussions devraient porter sur la livraison de plus d'armes lourdes, pour défendre des villes pilonnées comme Odessa :

"Aujourd'hui, la Russie a lancé de nouveaux missiles sur l'Ukraine, à Odessa, déclare le président ukrainien. À l'heure actuelle, huit personnes sont mortes. Au moins 18 (sont) blessés. Des gens ordinaires et pacifiques. Parmi les personnes tuées, il y avait une petite fille de 3 mois. Comment a-t-elle menacé la Russie ? Il semble que tuer des enfants soit une nouvelle idée nationale de la Fédération de Russie."

Les forces russes ont confirmé qu'elles cherchaient désormais à "établir un contrôle total sur le Donbass et le sud de l'Ukraine". Moscou affirme avoir frappé un terminal logistique abritant des armes livrées à l'Ukraine par ses alliés.

A Marioupol selon Kiev une nouvelle tentative d'évacuer les civils abrités dans l'usine d'Azovstal est restée infructueuse, et Volodymyr Zelensky Zelensky a prévenu que Kiev abandonnerait les négociations avec Moscou si les soldats qui défendent le complexe étaient tués par l'armée russe.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Moscou "alarmé" par les "actes terroristes" en Transnistrie

Comment Valeriia, une Ukrainienne de 17 ans, a échappé à un camp de rééducation russe

Ukraine critique vivement l'appel de l'ONU à l'arrêt des livraisons d'armes