This content is not available in your region

Le vote ultra-marin largement en faveur de Marine Le Pen, un vote de contestation

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec agences
euronews_icons_loading
Marine Le Pen, candidate de l'extrême droite française, vote à Henin-Beaumont, dans le nord de la France, dimanche 24 avril 2022.
Marine Le Pen, candidate de l'extrême droite française, vote à Henin-Beaumont, dans le nord de la France, dimanche 24 avril 2022.   -   Tous droits réservés  Michel Spingler/The Associated Press

Elle a perdu l'élection présidentielle au niveau national mais Marine Le Pen remporte haut la main le vote ultra-marin. La candidate du Rassemblement national est arrivée en tête dans huit territoires.

Elle fait même mieux qu'en 2017 et gagne plus de 47 points en Guadeloupe avec 69% des suffrages. En Martinique, à La Réunion, en Guyane et à Mayotte, elle décroche 60% des voix ou s'en approche.

Emmanuel Macron lui, a bénéficié des voix de la Nouvelle Calédonie, de la Polynésie française et de Wallis et Futuna pour obtenir un second mandat.

Des résultats d'autant plus surprenants que ces territoires s'étaient largement mobilisés pour Jean-Luc Mélenchon lors du premier tour.

"Il y a des problèmes qui sont existants, on a des problèmes d’eau, moi je suis une soignante, j’arrive chez des clients, et il n’y a pas d’eau pour laver les gens. On a fait appel à ça et rien n’a été entendu. Il y a des soignants aujourd’hui qui sont suspendus, ils sont en grève, personne ne dit rien. Le pouvoir d’achat a diminué, on n’a aucune réponse sur ça. Donc c’est normal que la population réagisse. Et moi je vous dit sincèrement que les résultats du vote de l’Outremer en tous cas ne m’ont pas du tout surpris" explique une électrice réunionnaise.

"Je pense que les Guadeloupéens ont voulu sanctionner Macron par rapport à ses décisions, par rapport à la crise sociale, mais je ne trouve pas que c’était le moment" souligne cet habitant de Guadeloupe.

Même si l'abstention est restée importante en Guadeloupe (52,82%), à la Martinique (54,55%) et en Guyane (61,10%) au second tour, les électeurs se sont tout de même plus déplacés dans les bureaux de vote qu'au premier tour.

Cette "participation légèrement en progression" dans les Antilles signifie que "ce ne sont pas des électeurs qui se sont démobilisés, qui ont préféré s'abstenir pour ne pas choisir ou voter blanc, ce sont des acteurs qui se sont déplacés et qui n'ont pas voulu voter Emmanuel Macron", indique à l'AFP le politologue Martial Foucault, titulaire de la Chaire Outre-mer de Sciences Po.

"Le sentiment anti-Macron est d'une puissance considérable" et "c'est la même logique en Guyane, alors que la situation sanitaire y était moins tendue", estime M. Foucault. Pour ce politologue, "si un vote Le Pen est majoritaire dans ces territoires, ce dimanche soir, c'est quand même un vote par défaut, avant tout, ce n'est pas un vote d'adhésion au programme de Marine Le Pen".

"Vote de contestation"

Depuis la fin 2021, la Guadeloupe et la Martinique ont été secouées pendant plusieurs mois par une violente contestation de la vaccination anti-Covid qui a tourné à la crise sociale, poussant le gouvernement à envoyer des renforts de forces de l'ordre.

L'étincelle des violences avait été déclenchée en Guadeloupe en novembre par l'entrée en vigueur de l'obligation faite aux soignants et pompiers de se faire vacciner contre le Covid-19.

Dans le bureau de vote de l'école de Baie-Mahault en Guadeloupe, Georges retraité de La Poste de 82 ans, qui n'a pas souhaité donner son nom de famille, revendique ainsi un "vote de contestation". "Quand on s'autorise le droit de bafouer la liberté, d'empêcher les gens de parler, d'envoyer le GIGN 'massacrer' une population, ça ne va pas. Si on ne peut pas profiter de la liberté et de la fraternité française, ça n'est pas la peine", lance-t-il.

Pour le politologue Martial Foucault cependant, il y a une "distinction" entre la "colère sanitaire" qui a animé les Antilles et "une colère sociale à la Réunion, qui est la suite du mouvement des gilets jaunes" lancé en 2018, la Réunion étant le territoire ultra-marin "le plus puissamment touché en terme de mobilisation chez les jeunes".

A Mayotte, territoire où le programme sur l'immigration et la sécurité de Marine Le Pen parle aux Mahorais, les électeurs avaient dès le premier tour largement voté pour la candidate RN avec 42,67% des voix.

A Cavani, un quartier du sud de Mamoudzou à Mayotte, un homme manifestait dimanche soir sa joie d'apprendre la réélection du chef de l'Etat, criant au porte-voix dans la rue : "On a gagné, Macron président !". Un acte isolé qui tranchait avec l'immense fête qui avait accompagné son élection de 2017, quand des centaines de personnes s'étaient rassemblées à Mamoudzou pour la célébrer.