France : difficiles négociations à gauche avant les législatives

Jean-Luc Mélenchon quitte les lieux après avoir voté au premier tour de l'élection présidentielle, dimanche 10 avril 2022 à Marseille
Jean-Luc Mélenchon quitte les lieux après avoir voté au premier tour de l'élection présidentielle, dimanche 10 avril 2022 à Marseille Tous droits réservés Daniel Cole/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.
Par Anne Devineaux avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La France insoumise parviendra-t-elle a un accord avec ses partenaires PS, EELV et PC. Rien n'est moins sûr alors que les socialistes ont suspendu les échanges débutés cette semaine

PUBLICITÉ

L'union de la gauche est-elle encore possible en France ? Si cette alliance n'a pas eu lieu pour la présidentielle, des négociations sont en cours pour les législatives de juin prochain. Elles se déroulent au siège du parti radical La France Insoumise.

Fort de ses 22% au premier tour de la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon a entamé des discussions avec Europe Ecologie-Les Verts, le parti communiste et les socialistes. Mais les pourparlers sont difficiles, voire mal engagés. Ce vendredi à la mi-journée les socialistes ont en effet annoncé la suspension des négociations dénonçant la logique "hégémonique" du parti de Jean-Luc Mélenchon.

Ce dernier s'en défend : "nous sommes qualifiés d'hégémoniques au moment où nous proposons de constituer un groupe à l'Assemblée Nationale pour chacun de nos partenaires. Si ça c'est l'hégémonie, alors on ne peut plus parler de rien. C'est normal, c'est un feuilleton, donc tous les jours, il y aura des rebondissements par ceux qui y trouvent leur compte", a-t-il réagi.

Côté socialiste, certains ténors ont déjà exprimé leur opposition à ce rapprochement, tel que l'ex-président François Hollande. "Le parti socialiste a toujours voulu l'union, le rassemblement", a-t-il écrit jeudi, mais "aujourd'hui ce n'est plus une discussion, c'est une disparition".

Il faut dire que les sujets de discorde sont nombreux. A commencer par l'Europe. Les Insoumis prônent ainsi la désobéissance aux traités européens, inacceptable pour le PS ou les écologistes.

Autre point de blocage la répartition des circonscriptions. "Les insoumis sont trop gourmands" résumait un des négociateurs.

Emmanuel Macron a ironisé sur un possible rapprochement entre LFI et PS, vendredi lors de son déplacement dans les Hautes-Pyrénées : "La question pour ou contre l'Europe ce n'est pas rien. La carpe ce n'est pas le lapin", a t-il dit.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

"Pas assez présent" sur la réforme des retraites, Emmanuel Macron répond à des lecteurs du Parisien

Macron et Scholz célèbrent l'unité : soixantième anniversaire de la réconciliation franco-allemande

Trop de plastique : des ONG assignent Danone en justice devant le tribunal judiciaire de Paris