This content is not available in your region

La laborieuse avancée des forces russes dans l'est de l'Ukraine

Access to the comments Discussion
Par Julien Pavy  avec AFP
euronews_icons_loading
Un véhicule calciné dans la région de Donetsk, Ukraine (16/05/2022)
Un véhicule calciné dans la région de Donetsk, Ukraine (16/05/2022)   -   Tous droits réservés  Andriy Andriyenko/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.

Des soldats ukrainiens posant fièrement devant un poteau-frontière aux couleurs bleu et jaune...

Contre-offensive réussie à Kharkiv

Le ministère ukrainien de la Défense a diffusé une vidéo saluant une contre-offensive réussie dans la région de Kharkiv qui aurait permis d'expulser les forces russes de cette zone frontalière du nord-est de l'Ukraine.

Inquiétude pour les civils dans l'Est

Autre image forte de ces dernières heures, la destruction d'un pont dans l'oblast de Louhansk. Objectif pour Kiev : freiner l'avancer des forces russes dans cette région séparatiste de l'est de l'Ukraine où les combats s'intensifient, faisant craindre le pire pour les civils.

Nombre d'entre eux refusent de quitter les villes, notamment à Lyssytchansk où des soldats ukrainiens mettent en garde les habitants face au danger qui les guette. 20 000 civils se trouveraient toujours dans cette cité, soit un tiers de la population d'avant-guerre.

Les Russes focalisés sur l'oblast de Louhansk

C'est sur cette région de Louhansk que l'armée russe concentre aujourd'hui ses efforts. Elle y a d'ailleurs transféré des troupes venues de Karkhiv, des renforts qui ont contribué à repousser les forces ukrainiennes de la ville de Roubijne, où de nombreux bâtiments sont en ruines. Autre cible : la ville de Severodonetsk que les Russes tentent d'encercler totalement depuis trois semaines.

Des bombes au phosphore sur Azovstal ?

A Marioupol, les combattants ukrainiens retranchés dans la gigantesque aciérie Azovstal continuent de résister aux assauts répétés des forces russes.

Moscou a annoncé lundi une trêve pour évacuer les blessés ukrainiens du complexe sidérurgique sur laquelle est tombée une pluie de munitions blanches brillantes, selon une vidéo non identifiée. Des experts ont évoqué une possible attaque au phosphore.