This content is not available in your region

A Bruxelles, une manifestation axée sur les revendications salariales, pas sur la guerre en Ukraine

Access to the comments Discussion
Par Sophia Khatsenkova  & Etienne Paponaud
euronews_icons_loading
The Cube.
The Cube.   -   Tous droits réservés  euronews

Cette semaine, la principale chaîne de télévision d'Etat russe diffuse un sujet sur une manifestation qui a eu lieu le lundi 20 juin 2022 en Belgique.

La présentatrice du journal télévisé explique que 80 000 personnes ont défilé à Bruxelles pour demander à l'Etat de cesser de dépenser des millions d'euros pour l'Ukraine, pour consacrer ces dépenses à la population belge.

L'équipe de vérification des faits de The Cube n'a trouvé aucun élément indiquant des protestations vis-à-vis de l'aide du gouvernement belge à l'Ukraine.

Malgré cela, certaines vidéos diffusées par des chaînes locales montrent des pancartes qui critiquent les sanctions contre la Russie.

Il est par ailleurs vrai que la Belgique a, jusqu'à présent, dépensé environ 77 millions d'euros pour soutenir l'Ukraine, et qu'elle s'est engagée à en dépenser 800 millions supplémentaires.

Mais nos recherches nous indiquent que les principales revendications des manifestants et des syndicats ne portent ni sur la guerre, ni sur l'aide belge à l'Ukraine.

Comme nous le montre ce communiqué d'une fédération syndicale à l'origine de la manifestation, il s'agit en fait de revendications axées sur les salaires.

En Belgique, les hausses de salaires sont bloquées annuellement par la loi jusqu'à un certain pourcentage, pour préserver les marges des entreprises de Belgique.

Par exemple, l'année dernière, les hausses de salaires ont été bloquées - tous secteurs confondus - à 0,4%.

Les syndicats dénoncent un système particulièrement injuste à cause de l'inflation et pointent des entreprises qui profitent - selon eux - de la guerre en Ukraine.

En résumé, cette manifestation qui a rassemblé 80 000 personnes avait bien pour objet principal le pouvoir d'achat et les salaires, et non le soutien du gouvernement belge à Kiev.