PUBLICITÉ

Josep Borrell au chevet de l'accord sur le nucléaire iranien

Josep Borrell, le chef de la diplomatie européenne, est en visite à Téhéran
Josep Borrell, le chef de la diplomatie européenne, est en visite à Téhéran Tous droits réservés Stephanie Lecocq/AP
Tous droits réservés Stephanie Lecocq/AP
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le chef de la diplomatie européenne est à Téhéran pour discuter de l'application de l'accord de 2015 sur le nucléaire iranien, dénoncé en 2018 par les Etats-Unis.

PUBLICITÉ

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell est en visite dans la capitale iranienne ce samedi. Il discute avec le ministre des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, de l'application de l'accord de 2015 sur le nucléaire iranien.

Josep Borrell et son homologue iranien discutent de l'accord sur le nucléaire

Un accord qui prévoit la limitation du programme nucléaire mais dénoncé en 2018 par l'ancien président américain Donald Trump. Les Etats-Unis souhaiteraient revenir dans le groupe et les Iraniens exigent en retour la levée de certaines sanctions contre leur pays.

"La diplomatie est le seul moyen pour un retour à la pleine mise en œuvre de l'accord et pour surmonter les tensions actuelles" a écrit Josep Borrell sur Twitter.

Josep Borrell défend l'option diplomatique

Les négociations sont au point mort : il y a quelques semaines, les Occidentaux ont dénoncé le manque de coopération de Téhéran à l'Agence Internationale de l'énergie atomique, l'AIEA

En retour, l'Iran a déconnecté certaines caméras de surveillance de l'organisation sur ses sites nucléaires.

Le directeur général de l'AIEA, Rafael Grossi, a affirmé que si le blocage persiste, son organisation ne sera bientôt plus en mesure de fournir les informations nécessaires au suivi du programme nucléaire iranien. Selon lui, ceci "porterait un coup fatal" à l'accord de 2015.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Deux syndicalistes français détenus en Iran sont accusés "d'atteinte à la sûreté" d'État

Ukraine : l'AIEA veut contrôler la centrale nucléaire de Zaporijia dirigée par Moscou, Kyiv s'oppose

Les Iraniens se parent de fleurs pour fête le nouvel an du calendrier persan