This content is not available in your region

Attaque du Capitole : le rôle de Donald Trump se précise

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Septième jour des audiences sur le 6 janvier 2021
Septième jour des audiences sur le 6 janvier 2021   -   Tous droits réservés  AFP

Les audiences sur les émeutes du 6 janvier 2021 se poursuivent. La commission chargée de l'enquête cherche à montrer le rôle central de Donald Trump dans l'attaque du Capitole qui a fait plusieurs morts et de nombreux blessés.

De nouvelles preuves considérées comme un appel aux armes. Au septième jour des audiences sur les émeutes du 6 janvier 2021, la commission d'enquête parlementaire continue de chercher à déterminer le rôle de Donald Trump. L'ancien président aurait encouragé des groupes d'extrême droite à coordonner l'assaut sur le capitole.

Une réunion agitée en décembre

Le témoignage d'un ancien conseiller de la Maison Blanche, Eric Herschmann, a permis de préciser les détails d'une réunion agitée en décembre entre Trump et des conseillers qui avançaient des théories complotistes sur l'élection : "Michael Flynn m'a traité de lâcheur. Il n'arrêtait pas de se lever, de se retourner et de me crier dessus. Depuis le début. Je n'en pouvais plus. Alors j'ai aussi crié : Soit tu viens, soit tu retournes poser tes fesses"

Vous savez, le président a (...) dit à tout le monde de descendre. Donc, nous avons juste suivi ce qu'il a dit.
Stephen Ayres
Emeutier du Capitole

Afin d'établir un lien entre les groupes d'extrême droite et les associés de Donald Trump, la commission a demandé aux membres la raison pour laquelle ils s'étaient rendus au capitole. Ce à quoi Stephen Ayres, émeutier, a répondu : "Vous savez, le président a ému tout le monde. Il a dit à tout le monde de descendre. Donc, nous avons juste suivi ce qu'il a dit". 

Donald Trump de son côté a rejeté le comité dirigé par les démocrates, le qualifiant d'illégal, et de tribunal "kangourou".

Lors de l'attaque du Capitole, qui faisait suite à un discours prononcé par l'ancien président lors d'un rassemblement devant la Maison Blanche, quatre émeutiers sont morts, dont trois de raisons "médicales", et une manifestante abattue par un agent. Selon des sources judiciaires, plus de cent policiers ont été blessés lors de l'émeute, et une quinzaine hospitalisés.