This content is not available in your region

Course à Downing Street : deuxième débat télévisé entre les 5 candidats

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
La porte du 10 Downing Street à Londres, vendredi 8 juillet 2022.
La porte du 10 Downing Street à Londres, vendredi 8 juillet 2022.   -   Tous droits réservés  Photo : Frank Augstein (AP)

Les candidats pour succéder au Premier ministre britannique Boris Johnson se sont retrouvés dimanche soir pour un deuxième débat télévisé plus animé que le précédent, tandis qu'ils entament une semaine décisive dans la course à Downing Street.

Ils sont encore cinq dans la course au pouvoir lancée après l'annonce le 7 juillet de la démission de Boris Johnson, emporté par une avalanche de départs déclenchée par un trop-plein de scandales et de mensonges.

La secrétaire d'Etat au Commerce international Penny Mordaunt, l'ex-ministre des Finances Rishi Sunak, la cheffe de la diplomatie Liz Truss, l'ex-secrétaire d'Etat à l'Egalité Kemi Badenoch et le député Tom Tugendhat se sont retrouvés pour un débat télévisé d'une heure sur la chaîne ITV.

Le nom des finalistes sera connu mercredi soir

Ils entament une semaine décisive dans la course à Downing Street : après plusieurs votes des députés Tories, on connaîtra mercredi soir le nom des deux finalistes, qui seront départagés pendant l'été par les membres du parti conservateur. Le nom du futur Premier ministre sera connu le 5 septembre.

Le face-à-face s'est avéré bien plus animé que le précédent débat télévisé vendredi, lors duquel les cinq prétendants au pouvoir s'étaient refusés aux clashs et attaques personnelles.

Liz Truss à l'attaque

Cette fois, la cheffe de la diplomatie Liz Truss - jugée peu convaincante vendredi - a donné le ton en attaquant frontalement dès ses premières interventions son ancien collègue au gouvernement Rishi Sunak, l'accusant d'avoir mené le pays à la "récession" en augmentant les taxes quand il était chargé des Finances.

L'ex-ministre de la Défense Penny Mordaunt a aussi attaqué l'ancien Chancelier sur le sujet, elle qui a suggéré d'emprunter pour faire face à la crise du coût de la vie qui étrangle les ménages britanniques, avec une inflation record à 9,1% en mai.

"C'est du socialisme", a riposté Rishi Sunak. "Même (l'ancien chef de l'opposition) Jeremy Corbyn ne serait pas allé si loin !"

Mme Truss et M. Sunak sont à couteaux tirés depuis le début de la campagne.

La candidate de 46 ans est la coqueluche du camp Johnson, qui est convaincu que M. Sunak attendait son heure depuis des mois avant de démissionner le 4 juillet, précipitant la chute du Premier ministre. Ce que les partisans de Rishi Sunak démentent.

En passant à l'offensive, Liz Truss a tenté de combler son retard au moment où les bookmakers la relèguent à la troisième place derrière Penny Mordaunt et Rishi Sunak, au coude à coude.

Les questions environnementales reléguées au second plan

Après des mois de scandales et de mensonges sous Boris Johnson, les questions d'intégrité ont encore une fois été largement abordées.

Aucun candidat ne s'est dit disposé à nommer le bientôt ex-Premier ministre dans son gouvernement.

Lors du précédent débat vendredi, seul Tom Tugendhat avait répondu fermement "non" quand on lui avait demandé si le Premier ministre démissionnaire était honnête. Kemi Badenoch s'était contentée d'un "parfois" et les trois autres avaient bafouillé des réponses vagues.

A la fin du face-à-face, les candidats ont dû se positionner sur les questions environnementales. Mais le sujet, relégué au second plan des débats depuis le début de la campagne, a de nouveau été éclipsé en quelques minutes.

Si tous les candidats à l'exception de Kemi Badenoch affirment qu'ils maintiendront l'objectif national de neutralité carbone à l'horizon 2050, ils n'en font pas une priorité.

L'appel à "prendre très au sérieux" les enjeux climatiques

Alors que des températures dépassant les 40 degrés sont attendues en Angleterre en début de semaine, le président et ministre de la COP26 Alok Sharma a appelé dimanche les candidats à "prendre très au sérieux" les enjeux climatiques, n'excluant pas de quitter son poste si tel n'était pas le cas.

Afin de sélectionner le nouveau Premier ministre, les députés conservateurs vont de nouveau voter lundi, mardi et mercredi, pour éliminer un par un les candidats tandis qu'un troisième débat aura lieu mercredi sur Sky News.

Une fois le casting du face-à-face final déterminé, le choix reviendra aux membres du parti conservateur qui voteront par correspondance pendant l'été. Le résultat du scrutin est attendu pour le 5 septembre.