This content is not available in your region

"GazProm remplira ses obligations", selon Vladimir Poutine, en visite à Téhéran

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Vladimir Poutine à Téhéran
Vladimir Poutine à Téhéran   -   Tous droits réservés  MUSTAFA KAMACI/AFP

En visite à Téhéran ce mardi, le président russe Vladimir Poutine a assuré que Gazprom remplissait ses obligations. Les livraisons de gaz ont baissé de 60% ces dernières semaines.

"Gazprom remplit pleinement ses obligations auprès de ses fournisseurs" . C'est ce qu'a déclaré Vladimir Poutine lors d'une conférence de presse après des pourparlers à Téhéran. Une annonce faite alors que les livraisons de gaz en direction de l'Europe baissent.

Le président russe a également averti l'Occident sur les conséquences de nouvelles sanctions, notamment sur le pétrole : "Ils tombent dans le même piège avec le commerce du pétrole. Nous entendons des choses hallucinantes sur la restriction des volumes de pétrole russe, et le plafonnement de son prix. C'est la même chose avec le gaz. C'est surprenant d'entendre tout ça de la part de personnes qui ont fait des études supérieures. Le résultat sera le même : une hausse des prix. Les prix du pétrole, vont monter en flèche".

Une turbine au Canada

Contrôlé par Moscou, Gazprom a réduit de 60 % les livraisons de gaz via le gazoduc Nord Stream 1 en direction de l'Allemagne. Le géant russe du gaz invoque l'absence d'une turbine bloquée au Canada en raison des sanctions. Un choix politique, selon le gouvernement allemand. Mais de son côté Vladimir Poutine a assuré que le géant du gaz Gazprom remplirait pleinement ses obligations auprès de ses fournisseurs affirmant que les Occidentaux étaient en difficulté car ils avaient pris des sanctions contre Moscou et "fermé" des canaux de livraison d'hydrocarbures : "Qu'est-ce que Gazprom a à voir avec cela ? Ils ont fermé une route, puis une autre. Ils ont imposé des sanctions aux stations de pompage. Gazprom est prêt à pomper autant que nécessaire. L'Union européenne a tout fermé elle-même". 

Le Canada et l'Allemagne ont conclu un accord pour rendre la turbine, mais Poutine a déclaré mardi que Gazprom n'avait toujours pas reçu les documents pertinents pour la faire venir.