This content is not available in your region

Tunisie : un référendum controversé sur la Constitution

Access to the comments Discussion
Par Margaux Racaniere
euronews_icons_loading
Des manifestantes portent un drapeau tunisien lors de manifestation contre le président Kaïs Saïed et son projet de réforme de la Consitution. 23 juillet 2022
Des manifestantes portent un drapeau tunisien lors de manifestation contre le président Kaïs Saïed et son projet de réforme de la Consitution. 23 juillet 2022   -   Tous droits réservés  FETHI BELAID/AFP or licensors

C'est un jour de bascule pour la démocratie tunisienne. 

Aujourd'hui les Tunisiens se prononcent par référendum sur leur future constitution. Ce texte instaure un régime très présidentiel en Tunisie. Le chef de l'État pourra notamment nommer et révoquer le Premier ministre à son bon vouloir sans rendre de comptes au parlement. Un texte sur-mesure pour Kaïs Saïed, qui exerce avec les pleins pouvoirs depuis exactement un an, quand il avait dissout l'assemblée nationale et limogé son premier ministre.

Les bureaux de votes sont ouvert depuis 5 heures ce matin et le resteront jusqu'à 21 heures. L'enjeu principal est la participation puisque le "oui" est déjà donné gagnant. Les oppositions ont pour la plupart appelé à boycotter le vote, jugé antidémocratique. Parmi elles, on retrouve le mouvement conservateur d'inspiration islamiste Ennahdha, bête noire du président, et anciennement premier parti au parlement.

Samedi, des manifestations organisées pour protester contre le référendum avaient mené à des affrontements avec la police et plusieurs arrestations.

Le risque d'une dérive autoritaire

La Tunisie est considérée comme le seul pays dans lequel le printemps arabe a instauré une démocratie solide. Mais depuis la prise des pleins pouvoirs par Kaïs Saïed le 25 juillet 2021, plusieurs ONG, dont Amnesty International, dénoncent des dérives autoritaires.

Compte Twitter d'Amnesty international dans le monde arabe : "Quel est l'état des droits de l'homme en Tunisie un an après la prise de pouvoir du président Saied le 25 juillet 2021 ? De nouvelles recherches montrent que les droits de l'homme ont régressé dans le pays."

Sadok Belaïd, le juriste chargé par Kaïes Saïed d'élaborer la nouvelle constitution, a désavoué le texte final, estimant qu'il pourrait "ouvrir la voie à un régime dictatorial".

Plusieurs aspects de la démocratie tunisienne sont concernés. Tout d'abord le parlement, qui perdra son contre-pouvoir sur l'exécutif et qui sera tenu d'examiner certains textes jugés "prioritaires" par le gouvernement. L'indépendance de la justice ensuite. En juin, le président avait adopté un décret qui lui accordait le droit de renvoyer des juges. 

Au lendemain du vote, le principal défi du président restera la grave situation économique avec un chômage élevé (40% chez les jeunes), une inflation galopante et l'augmentation du nombre de pauvres à 4 millions de personnes, dans un pays qui a gravement souffert de la crise du Covid-19.