This content is not available in your region

Afghanistan : l'ONU alerte sur les droits des femmes

Access to the comments Discussion
Par Raphaele Tavernier  avec Agences
euronews_icons_loading
Deux mendiantes attendent de recevoir l'aumône devant une boulangerie à Kaboul, en Afghanistan, dimanche 15 mai 2022.
Deux mendiantes attendent de recevoir l'aumône devant une boulangerie à Kaboul, en Afghanistan, dimanche 15 mai 2022.   -   Tous droits réservés  Ebrahim Noroozi/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.

Depuis la prise du pouvoir en août 2021 par les talibans en Afghanistan, les femmes et les filles connaissent le recul de leurs droits le plus important et le plus rapide depuis des décennies. Tel était le constat dressé par l’ONU il y a quelques mois. Aujourd’hui, l’organisation va encore plus loin. Selon elle, les progrès en matière d'égalité des sexes et de droits des femmes ont été littéralement balayés dans le pays.

"L'Afghanistan est le seul pays au monde où les filles n'ont pas le droit d'aller au lycée. Les femmes ne peuvent pas travailler en dehors de la maison, sauf dans quelques secteurs et pour des tâches particulières. Il n'y a pas de femmes ministres, ni même de ministère à la Condition féminine, ce qui supprime de fait le droit des femmes à la participation à la vie politique", explique Alison Davidian, représentante adjointe d'ONU Femmes en Afghanistan.

Depuis des mois, l’ONU exhorte les talibans à changer de cap et à supprimer les restrictions à la liberté de mouvement des femmes afghanes, à ouvrir des écoles secondaires pour les filles et à garantir un enseignement de qualité, sans discrimination. Les talibans avaient promis d’aller dans ce sens, ils ont finalement fait volte-face.

"Les femmes sont obligées d'être accompagnées d’un chaperon masculin lorsqu’elles voyagent sur plus de 78 km. Elles doivent aussi se couvrir le visage en public. Toutes combinées, ces restrictions limitent la capacité des femmes à gagner leur vie, à accéder aux services de santé et à l'éducation, à échapper aux situations de violence et à exercer leurs droits", détaille Alison Davidian, représentante adjointe d'ONU Femmes en Afghanistan.

Selon l'ONU, la situation en Afghanistan et la fragilité voire l’inexistence des droits des femmes dans ce pays doit sonner comme un signal d'alarme pour le monde entier, car au-delà des femmes, un an après l’arrivée au pouvoir des fondamentalistes islamistes, ce sont les droits humains dans leur ensemble qui sont bafoués.