Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Mali : irritée par la junte, l'Allemagne suspend ses opérations militaires

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP, AP
A g. : Soldats allemands déployés au Mali, le 02/08/2018 // A dr. : la ministre allemande de la Défense, le 05/05/2022
A g. : Soldats allemands déployés au Mali, le 02/08/2018 // A dr. : la ministre allemande de la Défense, le 05/05/2022   -   Tous droits réservés  AFP

L'Allemagne a annoncé ce vendredi suspendre "jusqu'à nouvel ordre" la majeure partie de ses opérations militaires au Mali dans le cadre de la mission de l'ONU (Minusma). Les autorités allemandes invoquent un nouveau refus de survol par la junte malienne.

"Le gouvernement malien a encore une fois refusé d'autoriser un vol prévu aujourd'hui (ce vendredi)" qui devait assurer une rotation de personnel, a expliqué un porte-parole du ministère allemand de la Défense.

En conséquence, "nous suspendons jusqu'à nouvel ordre nos opérations de reconnaissance et les vols de transport par hélicoptère" car "il n'est plus possible de soutenir la Minusma sur le plan opérationnel", a-t-il ajouté.

Sans le nouveau personnel qui devait en partie "remplacer les forces françaises" qui se retirent, "la sécurité sur place n'est plus assurée" et "les forces restantes doivent être dédiées à la sécurisation" et ne pourront plus assurer leurs missions habituelles, a expliqué le porte-parole lors d'une conférence de presse.

Entretien téléphonique Berlin-Bamako

Le refus de survol est intervenu malgré des assurances contraires de la part du ministre malien de la Défense, Sadio Camara, lors d'un entretien téléphonique jeudi avec son homologue allemande Christine Lambrecht, a-t-il ajouté.

"Les actes de Camara parlent une autre langue que ses mots", a dénoncé la ministre allemande sur Twitter.

La décision allemande intervient alors que le Mali fait face depuis quelques semaines à une résurgence d'attaques de la nébuleuse du Groupe de soutien à l'Islam et aux musulmans (GSIM, JNIM en arabe).

La force Barkhane et la milice russe Wagner

Par ailleurs, les rapports entre Bamako et Paris se sont radicalement dégradés ces derniers mois. Au point que la France a décidé de se retirer du territoire malien. La force française Barkhane est actuellement en train de finaliser l'évacuation de ses matériels de ce pays.

Le retrait français coïncide avec l'arrivée au Mali de paramilitaires du groupe de sécurité privé russe Wagner.

Les relations entre le Mali et l'ONU se sont également dégradées ces dernières semaines. Les casques bleus sont présents dans le pays depuis 2013. Actuellement la Minusma compte environ 17 000 personnes déployées au Mali.