This content is not available in your region

Les festivals européens s'interrogent sur le maintien d'artistes russes dans leurs programmations

Access to the comments Discussion
Par Euronews
euronews_icons_loading
Des festivaliers au Sziget Festival de Budapest, le 15 août 2022
Des festivaliers au Sziget Festival de Budapest, le 15 août 2022   -   Tous droits réservés  Euronews

Les artistes russes ont-ils leur place sur les scènes européennes ? C’est la question que se posent de nombreux festivals, qui retrouvent cette année leur forme originale après deux ans de pandémie… Alors que de nombreux organisateurs ont décidé de revoir leur programmation, le Sziget en Hongrie s’est lancé dans un jeu d’équilibriste plutôt délicat, en accueillant à la fois des artistes ukrainiens... et russes.

Une décision totalement assumée par le directeur du festival Tamás Kádár: "Notre point de vue est qu'il n'est ni élégant ni sensé de déclarer un embargo sur la culture. J'aime utiliser l'analogie selon laquelle nous devrions maintenant interdire les livres de Lioudmila Oulitskaïa simplement parce qu'elle est russe ? Alors qu'il n'y a guère plus d'écrivains russes contestataires qu'elle à mon avis."

Mais pour de nombreux festivaliers et artistes à l’affiche, la présence de russes reste incompréhensible, surtout dans un pays limitrophe de l’Ukraine… C’est le cas d'un groupe de percussionnistes de Zaporijjia, qui ont trouvé refuge en Hongrie : "nous pensons que même dans le domaine culturel, la Russie doit être annulée partout, tant que ce pays mène la guerre sur le sol ukrainien.

Invitées par le festival, les musiciennes ukrainiennes du groupe Krapka;KOMA sont elles aussi déçues par le choix des programmateurs : "Ils nous ont dit qu'ils allaient les annulaient tous, en Estonie, en Grande-Bretagne, en Roumanie… Nous leur avons demandé s'ils gardaient des artistes russes, et ils nous ont garanti que non. Le Sziget est le seul festival qui les a maintenus, et nous n'avons rien pu négocier." Selon elles, tous les Russes devraient être interdits de territoire européen, tant que la guerre n'est pas finie.

La controverse concerne surtout la DJ Nina Kraviz… Tête d’affiche de tous les grands festivals européens au début de l’année, la majorité de ses représentations ont été annulées, en raison de son refus de condamner l’invasion russe. Le Sziget est l’un des rares endroits où elle a pu jouer cet été… Et par chance, aucun incident ne s’est produit pendant son spectacle.