Kenya : Raila Odinga rejette le résultat de la présidentielle le donnant perdant

Raila Odinga, lors d'une conférence de presse à Nairobi, au Kenya, le 16 août 2022
Raila Odinga, lors d'une conférence de presse à Nairobi, au Kenya, le 16 août 2022 Tous droits réservés TONY KARUMBA/AFP
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Raila Odinga, déclaré perdant de la présidentielle par la commission électorale kényane, a affirmé qu'il poursuivra "toutes les options légales" possibles pour contester les résultats qui ont donné son rival William Ruto vainqueur sur le fil.

PUBLICITÉ

Raila Odinga a rejeté mardi les résultats de la présidentielle du 9 août au Kenya, annoncés la veille et qui donnent vainqueur sur le fil son rival William Ruto, les qualifiant de "parodie".

"Ce à quoi nous avons assisté hier est une parodie et un mépris évident de la Constitution", a affirmé M. Odinga, vétéran de la politique kényane soutenu par le pouvoir sortant, qui a perdu face à M. Ruto d'environ 230 000 voix.

Le vice-président sortant William Ruto a été déclaré vainqueur avec 50,49% des voix contre 48,85% pour Raila Odinga.

Raila Odinga, 77 ans, se présentait cette année pour la cinquième fois. En 2013 et 2017, il avait contesté les résultats devant la Cour Suprême, qui avait cette dernière année invalidé le scrutin.

"Nous poursuivrons toutes les options légales et constitutionnelles à notre disposition. Nous le ferons au regard des nombreuses failles dans les élections", a-t-il déclaré lors de sa première allocution depuis l'annonce de sa défaite.

"Hier, notre démocratie naissante a essuyé un revers majeur" et "le Kenya fait face à une crise politique et légale profonde", a-t-il poursuivi, dénonçant le rôle joué selon lui par la Commission électorale indépendante (IEBC), marquée par des divisions internes.

"Nous sommes conscients des préjugés politiques passés de l'IEBC qui ont plongé ce pays dans son chapitre le plus sombre", a-t-il ajouté, évoquant les "souvenirs horribles des conséquences des élections de 2007 encore fraîches dans les mémoires".

Cette année-là, Raila Odinga avait contesté les résultats. La crise post-électorale qui avait suivi avait provoqué des affrontements interethniques et la mort de plus de 1 100 personnes, soit les pires violences depuis l'indépendance du pays en 1963.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

NO COMMENT : un 'Dark Valentine' organisé au Kenya le 14 février

Le marathonien kényan Kelvin Kiptum est mort dans un accident de voiture

Kenya : la police réprime des manifestations interdites