This content is not available in your region

L'ONU à la recherche d'un accord sur la protection des océans

Access to the comments Discussion
Par Euronews
euronews_icons_loading
La haute mer joue un rôle vital dans la préservation des écosystèmes.
La haute mer joue un rôle vital dans la préservation des écosystèmes.   -   Tous droits réservés  Michael Dwyer/AP Photo

Le traité visant à protéger les océans de la planète sera-t-il enfin finalisé ? C’est en tout cas la demande formulée par l’ONG Greenpeace au moment les discussions reprennent au siège des Nations unies à New York. Les négociateurs ont dix jours pour se mettre d’accord, après quatre sessions infructueuses.

"L'état désastreux de des océans signifie que le moment est venu d'agir, dit Miguel de Serpa Soares, Secrétaire général adjoint aux affaires juridiques de l'ONU. Et quelle meilleure façon de signaler notre détermination à agir que de finaliser un accord robuste qui assure la conservation et l'utilisation durable de la diversité biologique marine dans les plus grands espaces des océans."

Objectif de l’ONU : la protection de la haute mer, qui se trouve au-delà des zones économiques exclusives (ZEE) des nations. Soit deux tiers des océans. Un immense territoire qui joue un rôle vital dans la préservation des écosystèmes, la fabrication d’oxygène et l’absorption du CO2 émis par les activités humaines.

Mais seulement 1% de la haute mer est actuellement protégée. D’où la nécessité de trouver rapidement un accord.

"Une fois que nous aurons adopté un nouveau traité mondial sur les océans, nous pourrons alors commencer à travailler à sa mise en œuvre, explique John Hocevar, directeur de la campagne sur les océans pour Greenpeace USA. Et c'est vraiment là que se trouve le grand combat, pour s'assurer que nous créons un réseau de sanctuaires océaniques qui restaureront les populations épuisées, protégeront la biodiversité et donneront à nos océans une chance de se battre pour survivre à des choses comme le changement climatique, la pollution plastique et la pêche."

Un accord ambitieux est attendu par les défenseurs de l’environnement qui espèrent une réduction des zones de non-droit.