This content is not available in your region

Le centrale de Zaporijia de nouveau raccordée au réseau électrique ukrainien

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
La centrale de Zaporijjia déconnectée du réseau
La centrale de Zaporijjia déconnectée du réseau   -   Tous droits réservés  Evgeniy Maloletka/ AP Photo

A cœur de toutes les inquiétudes, la centrale nucléaire de Zaporijia a de nouveau été raccordée au réseau électrique ukrainien, a annoncé Kiev ce vendredi.

Située près de la ligne de front et touchée par des bombardements, la plus grande centrale nucléaire d'Europe, tombée en mars aux mains des Russes, avait été totalement déconnectée la veille, pour la première fois de son histoire, à cause de dommages sur les lignes électriques.

Volodymyr Zelensky, le président ukrainien, avait aussitôt pointé la responsabilité de l'armée russe, soulignant qu'une catastrophe de grande ampleur avait été évitée de justesse :

"Le monde doit comprendre la menace que cela représente. Si des générateurs diesel n'avaient pas été mis en marche pour soutenir la centrale après son arrêt, si l'automatisation et le personnel de la centrale n'avaient pas travaillé après la panne, nous serions obligés de surmonter les conséquences d'une urgence radiologique."

Le monde doit comprendre la menace que cela représente.
Volodymyr Zelensky
Président ukrainien

Energoatom, l'exploitant ukrainien de la centrale de  Zaporijia, a assuré que les systèmes de sécurité du site, qui compte six réacteurs de 1 000 mégawatts chacun, fonctionnaient normalement.

L'ONU a appelé à mettre en place une zone démilitarisée autour de la centrale de Zaporijia pour la sécuriser et permettre l'envoi d'une mission d'inspection internationale, attendue sur place la semaine prochaine.

"Le nucléaire civil ne doit pas être un instrument de guerre", a de son côté plaidé vendredi le président français Emmanuel Macron.

Enfin, la diplomatie américaine a prévenu que toute tentative russe de détourner l'énergie nucléaire de l'Ukraine vers les zones occupées dans l'Est serait "inacceptable".