This content is not available in your region

Portugal : des maternités et services d'urgences contraints de fermer

Access to the comments Discussion
Par Filipa Soares  & Euronews
euronews_icons_loading
Une ambulance devant un service d'urgence au Portugal
Une ambulance devant un service d'urgence au Portugal   -   Tous droits réservés  frame

Au Portugal, comme dans beaucoup d'autres pays européens, l'hôpital public est en souffrance. Le manque de personnel médical se fait particulièrement sentir dans les services de gynécologie-obstétrique. Plusieurs maternités ont même été contraintes de fermer leurs portes.

Un groupe de travail a été créé en juin pour tenter de faire face à cette crise qui oblige des femmes à parcourir des dizaines de kilomètres en plus pour accoucher. A la tête de cette task force, le professeur Diogo Ayres de Campos.

"Nous avons travaillé pendant les mois de juillet et août sur une réorganisation des services obstétriques, de gynécologie et de néonatalogie Nous pensons que cela aura probablement une incidence sur la concentration des ressources, c'est-à-dire que certains hôpitaux ne pourront pas garder ouverts leurs blocs et leurs services d'urgence", explique-t-il.

Démission de la ministre de la Santé

"Plusieurs hôpitaux portugais ont dû fermer leurs urgences obstétriques et gynécologiques à plusieurs reprises cet été, en raison d'un manque de médecins. Durant cette crise, deux bébés sont morts et une femme enceinte est décédée lors de son transfert vers un autre hôpital. Ces décès font l'objet d'une enquête. Le ministre de la Santé a démissionné", indique notre journaliste sur place Filipa Soares.

200 à 250 spécialistes en obstétrique manquent à l'appel, principalement dans le sud du pays. Ces dernières années, la mortalité maternelle a nettement augmenté au Portugal, atteignant un plus haut depuis 38 ans.

Hausse de la mortalité maternelle

Mais est-ce le manque de docteurs qui est en cause ? Pas forcément selon Diogo Ayres-de-Campos. "Ce problème ne semble pas être la réponse. Du moins, il n'est pas évident qu'il y ait un rapport. Ce qui est en cause, c'est l'augmentation des grossesses de femmes qui viennent d'autres pays, souvent avec moins de ressources économiques et qui décident d'accoucher au Portugal".

L'expert souligne que le rapport sur la mortalité maternelle indique également qu'il y a davantage de femmes souffrant de maladies et qui prennent le risque d'être enceinte.