This content is not available in your region

Ukraine : les pro-russes convoquent dans l'urgence des référendums d'annexion

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Le président russe au Kremlin, à Moscou, en Russie, mardi 20 septembre 2022.
Le président russe au Kremlin, à Moscou, en Russie, mardi 20 septembre 2022.   -   Tous droits réservés  Photo : Pavel Bednyakov (Sputnik, Kremlin Pool Photo via AP)

Les autorités installées par Moscou dans plusieurs régions d'Ukraine ont annoncé mardi la tenue dans l'urgence du 23 et 27 septembre de référendums d'annexion par la Russie, en pleine contre-offensive ukrainienne.

Les pouvoirs séparatistes des régions de Lougansk et Donetsk ont tous les deux annoncé ces votes, tout comme celle de Kherson (sud), occupées par l'armée russe. Ces scrutins interviendront alors que l'Ukraine entrera dans son 8e mois de guerre et que toutes ces zones font l'objet de combats et bombardements.

Une initiative similaire des autorités d'occupation est également en cours dans les zones sous contrôle russe dans la région voisine de Zaporijjia (sud-est).

Ces référendums, sur le modèle de celui qui a formalisé l'annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée (sud) par la Russie en 2014, dénoncée par la communauté internationale, font l'objet de préparatifs depuis plusieurs mois.

Le calendrier semble s'être accéléré du fait de la contre-offensive ukrainienne qui a forcé l'armée russe à la retraite dans le nord-est du pays.

En effet, le parti Russie unie du président Vladimir Poutine visait lui le 4 novembre, jour de l'Unité nationale russe, qui commémore une révolte populaire du XVIIe siècle contre des forces polonaises à Moscou.

C'est le chef du "Parlement" autoproclamé de Lougansk, Denis Mirochnitchenko qui a annoncé le premier que le scrutin aurait lieu, sur quatre jours à partir de vendredi.

Chantage et revers russes

"Le Conseil de la nation décide de fixer les dates du vote pour le référendum du 23 septembre au 27 septembre 2022", a-t-il déclaré, cité par le portail d'information officiel de Lougansk.

Peu après, l'agence de presse officielle de Donetsk a annoncé un calendrier identique, suivie du chef de l'administration d'occupation de Kherson, Vladimir Saldo.

L'Ukraine a prévenu mardi que la menace russe serait "liquidée", le chef de l'administration présidentielle ukrainienne, Andriï Iermak, dénonçant les référendums prévus comme un "chantage" russe motivé par "la peur de la défaite".

Le ministre des Affaires étrangère Dmytro Kouleba a assuré que l'Ukraine allait "continuer de libérer ses terres quoique dise la Russie".

Ces annonces interviennent alors que la Russie a subi des revers cuisants début septembre, se retirant de la région de Kharkiv, dans le nord-est ukrainien, face à une percée des forces de Kyiv (Kiev, en russe), fortes des approvisionnements d'armes et équipements militaires occidentaux.

L'armée ukrainienne a aussi lancé une contre-offensive sur la région de Kherson dans le sud. Elle est moins fulgurante, mais Kyiv y enregistre également des gains.

Elle est aussi à l'offensive dans la région de Lougansk (est), que Moscou avait conquise dans sa totalité au printemps au prix de mois de combats meurtriers.

Kyiv espère par exemple reprendre le village de Bilogorivka, dont la conquête avait coûté cher à la Russie en mai, ses troupes et équipements ayant été décimées en voulant y traverser la rivière Siverskiï Donets. Les images des blindés détruits avaient fait le tour du monde.

Mardi matin, l'ex-président russe Dmitri Medvedev et actuel numéro deux du Conseil de sécurité russe avait le premier appelé à tenir au plus vite des référendums d'annexion des régions de Lougansk et Donetsk.