Entre colère, fuite et stratégies d'évitement : la mobilisation partielle divise la population russe

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
Manifestation à Saint-Petersbourg après la mobilisation partielle décrétée par Vladimir Poutine (24/09/2022)
Manifestation à Saint-Petersbourg après la mobilisation partielle décrétée par Vladimir Poutine (24/09/2022)   -   Tous droits réservés  -/AFP or licensors

Des femmes ont manifesté dimanche au Daghestan contre la mobilisation partielle décrétée par Vladimir Poutine.

Depuis mercredi en Russie, les rassemblements contre l'appel du Kremlin à combattre en Ukraine ont abouti au total à l'arrestation de plus de 2 000 personnes, selon OVD-Info, une ONG indépendante russe.

En parallèle, des milliers de citoyens tentent de fuir le pays. A Altanbulag, à la frontière avec la Mongolie, plus de 3 000 Russes sont entrés sur le territoire mongole depuis mercredi.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a garanti la protection aux Russes qui refusent la guerre en Ukraine :

"Je le répète, encore une fois : il y a une issue. Ne vous soumettez pas à la mobilisation criminelle. Fuyez ou livrez-vous aux autorités ukrainiennes, dès la première occasion. Je demande à tous nos amis dans le domaine de l'information de diffuser cet appel. Plus les citoyens de la Fédération de Russie essaieront de protéger leur propre vie, plus vite cette guerre criminelle de la Russie contre le peuple ukrainien prendra fin."

Selon Kiev, un drone kamikaze, de fabrication iranienne, a été envoyé dimanche par la Russie vers la ville de Mykolaïv avant d'être détruit par la défense anti-aérienne.

Enfin, Washington a demandé à Moscou, via des canaux privés, de mettre fin à ses menaces nucléaires prévenant que l'utilisation d'une telle arme aurait des conséquences "catastrophiques".