Les manifestations continuent en Iran : au moins 76 personnes tuées dans la répression selon une ONG

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP
Une manifestante tient une pancarte sur laquelle il est écrit : "Ceci est l'image de mon peuple. Portez la voix des Iraniens' - Paris, le 25 septembre 2022
Une manifestante tient une pancarte sur laquelle il est écrit : "Ceci est l'image de mon peuple. Portez la voix des Iraniens' - Paris, le 25 septembre 2022   -   Tous droits réservés  Christophe ARCHAMBAULT / AFP

La rue continue de gronder en Iran depuis la mort tragique de Mahsa Amini, survenue 3 jours après son arrestation par la police des mœurs. Dans plusieurs dizaines de villes à travers le pays, les manifestants défilent toujours malgré la répression.

Selon l'ONG Iran Human Rights (IHR), basée à Oslo, "au moins 76 personnes ont été tuées dans les manifestations" dont "six femmes et quatre enfants", dans 14 provinces du pays. L'IHR a affirmé avoir obtenu des "vidéos et des certificats de décès confirmant des tirs à balles réelles sur des manifestants".

Les autorités iraniennes avancent de leur côté un bilan de 41 morts incluant manifestants et forces de l'ordre. Elles ont aussi annoncé l'arrestation de plus de 1 200 manifestants.

Depuis le décès de Mahsa Amini, les Iraniens descendent chaque soir dans la rue à Téhéran et ailleurs dans le pays. La jeune femme avait été arrêtée en vertu d'un code vestimentaire très strict pour les femmes, en particulier le port du voile islamique.

Manifestations de soutien dans le monde

Le régime iranien tente de couper totalement l’accès à internet dans le pays pour bloquer l'information. Mais le mouvement de manifestations gagne du terrain dans le monde.

Des Iraniens vivants en Turquie se sont rassemblés lundi à Istanbul contre la répression de la République islamique.

"Nous résistons pour vivre. S'il vous plaît, soyez notre voix en tant que un pays ami. Relayer les informations, il n'y a pas d'internet en Iran. Aujourd'hui sur Twitter, il y a plus de 100 millions de hashtags pour Mahsa Amini", dit Sedef, une étudiante iranienne qui demande le soutien des médias étrangers. 

En France plusieurs centaines de personnes se sont également rassemblées ce weekend à Paris. 

La police a utilisé des gaz lacrymogènes pour empêcher les manifestants d'atteindre l'ambassade d'Iran.

Parti de la place du Trocadéro, le cortège parisien s'est dirigé vers l'ambassade d'Iran au son de slogans tels que "femme, vie, liberté !", en écho à ceux des manifestants en Iran, ou encore "France, ça suffit le silence".

Les participants reprochent notamment au président français Emmanuel Macron d'avoir serré la main de son homologue iranien Ebrahim Raïssi lors de leur rencontre le 20 septembre en marge de l'assemblée générale des Nations unies à New York, portant notamment sur une relance de l'accord international sur le programme nucléaire de Téhéran.

De son côté, Téhéran dénonce toujours un complot de l'Occident et nie toute implication dans la mort de Mahsa Amini.