Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Sabotage du gazoduc Nord Stream : débat ce vendredi au Conseil de sécurité de l'ONU

Access to the comments Discussion
Par Xavier De Lagausie  & Euronews  avec AFP, AP
A g. bouillonements de gaz à la surface de la mer Baltique (le 27/09/2022) / A dr. Conseil de sécurité de l'ONU (archives)
A g. bouillonements de gaz à la surface de la mer Baltique (le 27/09/2022) / A dr. Conseil de sécurité de l'ONU (archives)   -   Tous droits réservés  AP/AP   -  

Tous les regards sont tournés vers la mer Baltique.

Il devient de plus en plus clair pour l'Europe que les fuites dans les gazoducs Nord Stream I et Nord Stream II sont dues à un acte de sabotage.
Lundi matin, plusieurs explosions sont enregistrées dans les eaux du Danemark et de la Suède, avant que les fuites ne soient détectées. Cet incident survient alors que l’approvisionnement en gaz est un sujet central entre l’Europe et la Russie, depuis la guerre en Ukraine.

AP/AP
Une grande perturbation de la mer peut être observée au large de l'île danoise de BornholmAP/AP

Les trois fuites sont apparues simultanément à 80 m de profondeur : sur Nord Stream II, et à deux endroits différents, sur Nord Stream I. À l’arrêt, les gazoducs contenaient du gaz pour maintenir la pression.

"Ce n'est pas un accident. Plusieurs explosions ont été observées en peu de temps sur plusieurs pipelines"
Mette Frederiksen
Première ministre du Danemark
"Nous avons nos propres informations, mais nous avons également reçu des informations du Danemark. Et la conclusion de celles-ci est qu'il s'agit d'un acte délibéré. ​C'est probablement un sabotage."
Magdalena Andersson
Première ministre de la Suède

Alors que Bruxelles dénonce un sabotage inacceptable, tous les soupçons se dirigent vers la Russie, qui dément être à l’origine de ces fuites. Le Kremlin riposte, et annonce l’ouverture d’une enquête pour acte de terrorisme international. Le conseil de sécurité de l’ONU va se réunir ce vendredi à la demande de la Russie, pour aborder ce sabotage présumé.

"La France, en tant que présidente du Conseil de sécurité, nous a informés que la Russie avait demandé une réunion sur les fuites de Nord Stream et que cette réunion était prévue vendredi."
Margot Wallström
Ministre suédoise des Affaires étrangères

La Suède et le Danemark ont été chargés de donner des informations aux membres du Conseil sur ces fuites survenues dans leurs zones économiques exclusives, a-t-elle précisé.

Le Danemark a prévenu, il ne sera pas possible de plonger pour inspecter la zone endommagée avant deux semaines, le temps que les intenses bouillonnement diminuent.

Les conséquences de ces fuites sont également écologiques. Selon les estimations, au moins 200 000 tonnes de méthane pourraient se retrouver dans l’atmosphère. Soit l’équivalent des émissions annuelles d’1,4 million de voitures.