Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Mondiaux de judo 2022 : premiers Mondiaux et première médaille pour la Française Manon Deketer

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP
La Canadienne Catherine Beauchemin-Pinard, la Japonaise Megumi Horikawa, la Française Manon Deketer et la Portugaise Barbara Timo
La Canadienne Catherine Beauchemin-Pinard, la Japonaise Megumi Horikawa, la Française Manon Deketer et la Portugaise Barbara Timo   -   Tous droits réservés  Kirill KUDRYAVTSEV / AFP   -  

Le quatrième jour des Championnats du monde de judo 2022 a encore été un grand succès.

Le public passionné de l'Humo Arena de Tachkent a eu la chance d'assister ce dimanche à une impressionnante cérémonie d'ouverture qui a mis l'accent sur la culture ouzbek.

Le président de la Fédération internationale de judo Marius Vizer et le Premier ministre ouzbek Abdulla Aripov étaient présents lors de la cérémonie d'ouverture des Mondiaux de Judo.

C'était un jour de fête pour les spectateurs ouzbeks, venus en nombre pour soutenir leurs champions.

Dans la catégorie des moins de 63 kg, la Canadienne Catherine Beauchemin-Pinard espérait pouvoir profiter de l'absence de la quintuple championne du monde, la Française Clarisse Agbégnénou. Mais elle s'est retrouvée en finale contre une Megumi Horikawa, déterminée à prouver une fois de plus la domination japonaise.

Megumi Horikawa a exécuté un Uchi-mata parfait pour remporter l'or dans sa catégorie. La Japonaise remporte ainsi sa toute première médaille d'or aux Mondiaux de Judo. Le Japon comptabilise déjà 5 médailles d'or à Tachkent.

C'est le Premier ministre ouzbek Abdulla Aripov qui a remis les médailles aux judokates.

"L'Uchi-mata est l'une de mes techniques les plus puissantes, je suis ravi de gagner une finale mondiale avec ma technique préférée", a dit Megumi Horikawa. 

La revanche de Tato Grigalashvili

Dans un remake de la dernière finale, le Géorgien Tato Grigalashvili, N.1 mondial, a pris sa revanche sur le Belge Matthias Casse. Le judoka belge avait pourtant réalisé un très bon parcours dans la catégorie des moins de 81 kg.

Le public de l'Humo Arena s'est enflammé pour ce combat de titans. Après plus de 8 minutes d'effort intense, Tato Grigalashvili fait chuter le champion en titre et prend sa revanche par rapport à l'an dernier.

Ce dimanche, le Géorgien était inarrêtable, il a même battu le champion olympique de Tokyo Takanori Nagase qui a dû se contenter du bronze.

Le président de la Fédération mondiale de taekwondo, Chungwon Choue a remis les médailles aux gagnants

"Si j'ai remporté la victoire à la fin, c'est grâce à mon âme et mon coeur géorgien. Nous sommes des guerriers, nous sommes une nation de guerriers. Le coeur géorgien est un vainqueur", a expliqué Tato Grigalashvili.

Nouvelle médaille pour la France

Pour les premiers Championnats du monde de sa carrière, la judokate française Manon Deketer a remporté dimanche à Tachkent la médaille de bronze dans la catégorie des moins de 63 kg, celle où brille habituellement Clarisse Agbégnénou.

Deketer, 24 ans et 18e mondiale, a battu dans la finale de repêchage la Polonaise Angelika Szymanska, qui la précède de trois rangs au classement, grâce à un balayage valant waza-ari.

"Je suis fière de moi (...) Ca fait un bien fou!", a-t-elle soufflé après avoir reçu sa médaille.

Profitant de l'absence dans sa catégorie de la quintuple championne du monde et championne en titre Clarisse Agbégnénou, en phase de reprise après un congé maternité, elle avait obtenu sa qualification pour ces Mondiaux à la faveur de ses bons résultats cette saison, notamment en Grands Slams.

La native de Dunkerque apporte à la France sa deuxième médaille dans ces Championnats du monde, après le bronze d'Amandine Buchard en -52 kg vendredi.

Les champions du monde sont allés à la rencontre du public à Tachkent. Une chance pour les passionnés de judo qui ont avoir des autographes et prendre des photos avec les judokas. Rendez-vous à lundi pour la 5eme journée des Mondiaux de judo à Tachkent.