"Un peu de peur, mais surtout de la colère" : témoignage de notre reporter à Kyiv

En début d'après-midi, les habitants de Kyiv ont commencé à quitter les abris sous-terrains aménagés dans les stations de métro.
En début d'après-midi, les habitants de Kyiv ont commencé à quitter les abris sous-terrains aménagés dans les stations de métro. Tous droits réservés Francisco Seco / AP Photo
Par Natalia Liubchenkova
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

🇺🇦 "Ce matin a été l'un des plus difficile pour les Ukrainiens depuis la fin du mois de février", témoigne notre envoyée spéciale en Ukraine Natalia Liubchenkova

PUBLICITÉ

"Ce matin a été l'un des plus difficiles pour les Ukrainiens depuis la fin du mois de février, quand l'invasion russe a commencé ici, avec des attaques critiques sur les infrastructures et les civils", témoigne notre envoyée spéciale en Ukraine Natalia Liubchenkova. 

"Il y a évidemment un peu de peur, mais il y a surtout de la colère contre ces attaques gratuites". 

Les gens réfléchissent à des manières de faire face à la menace

Les stations de métro de Kyiv ont servi de refuge d'urgence pour les habitants. Elles étaient pleines pendant la matinée. 

"Certains personnes commencent à sortir des abris avec les couvertures sur lesquels ils étaient assis avec leurs enfants, avec leurs chiens", a-t-elle témoigné en début d'après-midi.

"Autour de moi, je sens pas tellement de panique. Je dirais que les gens réfléchissent plutôt à la manière de faire face à la menace, de trouver des moyens de se mettre eux et leurs familles en sécurité".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Kyiv bombardée : les habitants de la capitale ukrainienne sous le choc

Récit : à Mykolaïv, les volontaires s'organisent pour venir en aide aux évacués

Explosion sur le pont de Crimée : Vladimir Poutine accuse Kyiv d'avoir commis un "acte terroriste"