Condamnation à mort de trois opposants à Neom, le projet pharaonique de Mohammed ben Salmane

Access to the comments Discussion
Par M.B
La construction de Neom va entraîner l'expulsion de nombreux habitants de cette région située au nord-ouest de l'Arabie Saoudite.
La construction de Neom va entraîner l'expulsion de nombreux habitants de cette région située au nord-ouest de l'Arabie Saoudite.   -   Tous droits réservés  -/AFP

En Arabie Saoudite, s'opposer à la construction de Neom peut coûter la vie. Trois hommes ont été condamnés à la peine de mort par un tribunal saoudien au début du mois d'octobre. Selon l'ONG Alqst, basée à Londres, qui documente les exactions du pouvoir à Riyad, Shadli, Atallah, et Ibrahim al-Howeiti ont été jugés pour avoir refusé de quitter leurs maisons et tenter de protéger leurs familles. Leurs terres devaient être réquisitionnées pour la construction de la ville futuriste Neom. 

Ils font tous trois partie de la tribu Howeitat, un groupe habitant la province de Tabuk, à l'extrême nord-ouest du Royaume, près de la frontière avec l'Egypte, la Jordanie et Israël, là où le projet, porté personnellement par le prince héritier Mohammed Ben Salmane, verra le jour. 

Image ALQST
Photo des trois hommes condamnés à mort : Ibrahim, Ataullah et Shadli al-Huwaiti.Image ALQST

Cette condamnation intervient en pleine vague de répression contre les Howeitat réfractaires au projet. Shadli al-Huwaiti a vu son frère tué en avril 2020 par les forces de l'ordre alors qu'il manifestait contre l'expulsion de sa famille et avait publié des vidéos sur Youtube. Au mois d'août dernier, deux hommes ont été condamnés à 50 ans de prison pour avoir défendu le droit de leurs familles à rester sur place. Selon Alqst, de tels cas se multiplient ces derniers mois, dans une relative indifférence de la presse internationale.

Enjeux colossaux

Le projet Neom, dont le coût est estimé à 500 milliards de dollars, a fait parler de lui récemment lorsqu'il s'est vu attribué l'organisation des Jeux asiatiques d'hiver 2029 par le Conseil olympique d'Asie. Un non-sens écologique, et même sportif, selon nombre d'ONG qui rappellent une donnée simple que les organisateurs semblent avoir oublié : il n'y a pas de neige dans cette partie du monde. Selon Simon Gascoin chercheur au CNRS, au micro de France Inter, la probabilité de neige à Trojena, le site choisi pour les compétitions, est de 1,7 jour par an. Le recours à la neige artificielle sera donc indispensable.

Faire venir la neige en plein désert, pas de quoi effrayer Mohammed Ben Salmane. Conscient de la nécessité pour l'Arabie Saoudite de sortir d'une économie uniquement tournée vers l'extraction de pétrole, c'est lui qui a eu l'idée du projet Neom. En plus d'une station de ski, Neom c'est surtout une ville gigantesque appelée The Line. 170 kilomètres de long pour seulement 200 mètres de large dans lesquels pourraient vivre à terme 9 millions d'habitants. "Révolution de notre civilisation, THE LINE place l’homme au premier plan et offre une expérience de vie urbaine sans précédent tout en préservant la nature environnante", explique en toute modestie le site internet officiel du projet. 

Social-green washing

Avec Neom, le pouvoir saoudien veut casser son image de monarchie de droit divin rétrograde et répressive. L'opinion internationale reste choquée par l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi en octobre 2018. Le royaume est aussi l'un des Etats dans le monde où les tribunaux prononcent le plus de peines capitales. Selon Amnesty International, 65 personnes ont été exécutées en 2021. Seuls la Chine, l'Iran et l'Egypte, des pays démographiquement beaucoup plus importants, ont la main plus lourde.

Avec cette nouvelle condamnation d'opposants, il n'est pas certain que Mohammed Ben Salmane parvienne à faire évoluer le regard sur son régime.