Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Explosion dans une mine en Turquie : au moins 41 morts, les secours ont mis fin à leurs recherches

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP/AP
Les secours à pied d’œuvre après l'explosion survenue dans une mine de charbon à Amasra, en Turquie, vendredi 14 octobre 2022.
Les secours à pied d’œuvre après l'explosion survenue dans une mine de charbon à Amasra, en Turquie, vendredi 14 octobre 2022.   -   Tous droits réservés  Nilay Meryem Comlek/Depo Photos   -  

Les secours ont mis fin à leurs recherches samedi, dans la mine de charbon d'Amasra dans le nord-ouest de la Turquie, après la découverte du corps sans vie du dernier mineur manquant, portant le bilan du coup de grisou survenu vendredi soir à 41 morts et 28 blessés.

"Notre priorité était de retrouver les mineurs dans la galerie. Nous avons finalement atteint le dernier. Il est également décédé, ce qui porte le nombre des décès à 41", a déclaré le président turc Recep Tayyip Erdogan venu sur place samedi après-midi.

Près d'une centaine de mineurs se trouvaient au fond de la galerie au moment de l'explosion, apparemment causée par un coup de grisou, vendredi vers 18H15 locales, juste avant la nuit - ce qui a ralenti les recherches.

Selon le ministre de l'Intérieur Süleyman Soylu, "58 mineurs ont pu être sauvés, par eux-mêmes ou grâce aux secours".

Destin

Le président turc a pris la parole devant les mineurs sortis saufs de la mine et annoncé une enquête exhaustive: "Comment cette explosion s'est produite, et qui sont les responsables, tout ceci sera déterminé par une enquête administrative et judiciaire qui a déjà commencé", a-t-il assuré.

Il avait déjà promis sur Twitter qu'"aucune négligence ne sera sans conséquence".

Le chef de l'Etat a aussi incriminé le destin : "La mine d'Amasra est un établissement parmi les plus avancés (...) Mais nous sommes des gens qui croient au destin et ce genre de choses arrivera toujours, il faut le savoir", a-t-il déclaré devant l'assemblée éplorée avant de visiter des blessés traités sur place.

M. Erdogan, au pouvoir depuis 2003 et candidat à sa succession en juin prochain, a également promis que l'Etat prendrait en charge et allait "protéger les familles" des victimes.

Il s'est rendu auprès des familles pour assister à des funérailles, notamment dans le village de Makaraci, d'où provenaient quatre des victimes.

Une femme l'a apostrophé devant les caméras: "Mon frère m'avait dit qu'il y avait une fuite de gaz (méthane). Ca va nous faire sauter, il disait. Comment on a pu laisser courir une négligence pareille?!".

Accidents fréquents

L'accident et son lourd bilan ont suscité de nombreuses réactions de solidarité, dont celle du Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis sur Twitter, qui s'est dit "attristé" malgré l'extrême tension entre les deux pays.

Les présidents russe Vladimir Poutine et ukrainien Volodymyr Zelensky ont présenté leurs condoléances, le second en turc, via Twitter, de même que le président du Conseil européen Charles Michel.

Les accidents de travail sont fréquents en Turquie, où le fort développement économique de la décennie écoulée s'est souvent fait au détriment des règles de sécurité, en particulier dans la construction et l'exploitation minière.

Le dernier en date, dans la mine de Soma (ouest) en 2014, avait tué 301 mineurs après qu'une explosion, suivie d'un incendie, avaient provoqué l'effondrement d'un puits.

Des peines s'élevant jusqu'à 22 ans d'emprisonnement et six mois avaient été prononcées par la justice turque contre cinq responsables de la mine, jugés coupables de négligence.