Iran : les autorités ouvrent le feu lors d'un hommage à Mahsa Amini dans sa ville d'origine

Des manifestants iraniens rendent hommage à Mahsa Amini
Des manifestants iraniens rendent hommage à Mahsa Amini Tous droits réservés AP Photo/Markus Schreibe
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les forces de sécurité iraniennes ont ouvert le feu mercredi, selon une ONG, sur des manifestants rassemblés dans la ville d'origine de Mahsa Amini, où des milliers de personnes avaient assisté à une cérémonie d'hommage à la fin du deuil traditionnel de 40 jours.

PUBLICITÉ

Ils ont voulu rendre hommage à Mahsa Amini. Ils ont été dispersés par des coups de feu et des gaz lacrymogènes.

Les forces de sécurité iraniennes ont ouvert le feu mercredi, selon une ONG, sur des manifestants rassemblés dans la ville d'origine de Mahsa Amini, où des milliers de personnes avaient assisté à une cérémonie d'hommage à la fin du deuil traditionnel de 40 jours. "Les forces de sécurité ont tiré des gaz lacrymogènes et ouvert le feu sur les gens sur la place Zindan à Saghez", a annoncé  Hengaw, un groupe de défense des droits des Kurdes d'Iran, basé en Norvège.

Défiant un dispositif de sécurité renforcé, criant "Femme, vie, liberté" ou "Mort au dictateur", une foule d'hommes et de femmes s'était réunie depuis le matin autour de la tombe de la jeune femmes dans le cimetière Aichi de Saghez, la ville d'origine de Mahsa Amini au Kurdistan, dans l'ouest de l'Iran, selon des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux.

Cette Kurde iranienne de 22 ans était décédée le 16 septembre, trois jours après son arrestation à Téhéran, où elle était en visite avec son jeune frère, par la police des mœurs qui lui reprochait d'avoir enfreint le code vestimentaire strict de la République islamique, imposant notamment le port du voile pour les femmes. Sa mort a déclenché une vague de contestation sans précédent depuis trois ans, qui se poursuit à travers l'Iran. Jeunes femmes et écolières sont montées en première ligne, beaucoup tête nue, brûlant leur voile et bravant les forces de sécurité.

Mercredi, 40ème jour suivant la mort de Mahsa Amini, marquait la fin de la période de deuil traditionnel en Iran. Dès mardi soir, les autorités ont renforcé leur dispositif à Saghez, déployant des forces sur une place centrale. Les accès à la ville auraient également été bloqués.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'Iran affirme défendre "la liberté d'expression et de réunion pacifique" de ses citoyens

Iran : 250 morts depuis le début des manifestations selon l'ONU

Des journalistes condamnées en Iran après la mort de Mahsa Amini, pour "coopération" avec Washington