Rassurer les marchés financiers et rassembler le parti conservateur : les défis de Rishi Sunak

Le nouveau Premier ministre britannique Rishi Sunak sur le perron du 10 Downing Street
Le nouveau Premier ministre britannique Rishi Sunak sur le perron du 10 Downing Street Tous droits réservés euronews
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Troisième Premier ministre britannique en deux mois, Rishi Sunak a reconduit mardi les principales figures du gouvernement conservateur, optant pour la stabilité et promettant de réparer les "erreurs" commises par l'éphémère Liz Truss.

PUBLICITÉ

Au Royaume-Uni, le conservateur Rishi Sunak a pris ses fonctions de Premier ministre

Le richissime ex-banquier de 42 ans est le troisième chef du gouvernement britannique cette année. Mais pas question d'organiser des élections anticipées que son parti serait assuré de perdre. 

Son credo : remettre le pays à flot. En pleine crise économique, il plaide pour la fermeté : "J'unirai notre pays non avec des mots, mais des actes", a assuré M. Sunak sur le perron de sa résidence officielle, après s'être vu demander par le roi Charles III de former un nouveau gouvernement. Il a promis de "réparer" les "erreurs" commises sous Liz Truss : "Je placerai la stabilité économique et la confiance au cœur de l'agenda de ce gouvernement. Cela signifiera des décisions difficiles à venir" affirme Rishi Sunak, le nouveau Premier ministre britannique.

Le nouveau Premier ministre, le premier originaire d'une ex-colonie britannique et le plus jeune depuis le 19e siècle, prend les rênes d'un pays confronté à une grave crise économique et sociale. L'inflation dépasse les 10%. Le risque d'une récession plane. Les grèves se multiplient face à la chute du pouvoir d'achat.

Contrainte à partir après la tempête provoquée par son plan massif de baisses d'impôts, Liz Truss a précédé Rishi Sunak mardi au palais de Buckingham pour présenter au roi sa démission, après un mandat d'une brièveté record.

Elle a souhaité "tous les succès" possibles à son successeur, "pour le bien de notre pays", et réaffirmé son plaidoyer pour l'audace au pouvoir.

Appels à l'étranger

La nomination de Rishi Sunak a été saluée notamment par le voisin français.

Pour son premier appel à un dirigeant étranger, le nouveau Premier ministre britannique s'est entretenu avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky. Il lui a assuré du "soutien inébranlable" du Royaume-Uni face à l'invasion russe. 

M. Sunak s'est également entretenu au téléphone avec le président américain Joe Biden.

Sur la scène locale, le nouveau Premier ministre s'est dit "conscient" du travail à effectuer pour "rétablir la confiance", allusion aux scandales sous Boris Johnson auquel il a exprimé sa "gratitude".

En Ecosse, la Première ministre appelle au respect mutuel après un appel mardi soir de Rishi Sunak, ce que n'avait jamais fait Liz Truss.

Ministres reconduits

Côté gouvernement, Rishi Sunak s'est employé à rassembler une majorité très divisée après douze ans de pouvoir. Jeremy Hunt conserve son portefeuille des Finances, gage de stabilité. En temps de guerre en Ukraine, Rishi Sunak a également confirmé James Cleverly aux Affaires étrangères et Ben Wallace à la Défense.Gage pour l'aile droite : l'ultraconservatrice Suella Braverman est renommée à l'Intérieur.

Brexiter de la première heure, qui passe pour un pragmatique, bourreau de travail, Rishi Sunak est pressé de détailler ses projets, après s'être imposé sans programme ni vote des adhérents. Il était le seul candidat à avoir obtenu les soutiens nécessaires des députés de son parti.

Face à l'ampleur de la tâche, il a assuré dans son premier discours ne pas être "intimidé". Il fera face ce mercredi à l'opposition travailliste au Parlement pour la traditionnelle séance de questions au Premier ministre, souvent très animée.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Royaume-Uni : Rishi Sunak limoge un de ses ministres en raison de ses démêlés fiscaux

Charles III a déjà commencé un traitement contre son cancer

Irlande du Nord : Rishi Sunak et Leo Varadkar à Belfast pour "un jour historique"