PUBLICITÉ

France : le député RN exclu 15 jours de l'Assemblée nationale pour ses propos racistes

A g. le député RN Grégoire de Fournas (le 22/06/2022) / Vue de l'Assemblée nationale à Paris - le 10/11/2018
A g. le député RN Grégoire de Fournas (le 22/06/2022) / Vue de l'Assemblée nationale à Paris - le 10/11/2018 Tous droits réservés AFP
Tous droits réservés AFP
Par euronews avec AFP, AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

En France, l'Assemblée nationale a voté l'exclusion pour 15 jours du député RN, pour ses propos jugés racistes. C'est la plus lourde sanction disciplinaire possible.

PUBLICITÉ

L'Assemblée nationale a décidé ce vendredi d'exclure durant 15 jours le député RN Grégoire de Fournas, auteur jeudi de propos dans l'hémicycle jugés racistes.

C'est la plus lourde sanction disciplinaire possible.

Les députés se sont prononcés par un vote assis-debout, après une réunion du bureau de l'Assemblée, sa plus haute instance collégiale, qui avait proposé à l'unanimité cette sanction, la plus sévère possible pour un député. 

Les sanctions : 

  • interdiction de paraître au Palais Bourbon pendant quinze jours de séance 
  • division par deux de son indemnité parlementaire pendant deux mois

La présidente de l'Assemblée Yaël Braun-Pivet a aussitôt demandé à l'élu RN de quitter l'enceinte du Palais Bourbon.

Les élus RN avaient quitté la réunion prématurément.

"Qu'il retourne en Afrique"

M. de Fournas a reconnu avoir lancé jeudi "qu'il retourne en Afrique" lors d'une intervention de l'élu LFI Carlos Martens Bilongo, qui s'exprimait sur le "drame de l'immigration clandestine" pendant la séance de questions au gouvernement.

Le député de Gironde a ensuite catégoriquement nié tout caractère raciste, assurant parler du bateau humanitaire Ocean Viking bloqué en mer avec 234 migrants, et pas de Carlos Martens Bilongo, élu noir du Val-d'Oise. Il a dénoncé une "manipulation de LFI" visant à lui prêter des "propos dégueulasses".

L'incident a provoqué une vague d'indignation jusqu'au plus haut niveau de l'Etat. Il avait entraîné la fin prématurée de la séance de questions au gouvernement, une décision rarissime prise par la présidente de l'Assemblée.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Jordan Bardella élu président du Rassemblement national

Racisme ou censure exagérée ? L'Allemagne se divise autour du petit Apache "Winnetou"

Bureaucratie et racisme : les Français de Londres continuent de subir le Brexit