Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Coupe du monde : Berlin critique les propos homophobes d'un ambassadeur qatari du Mondial 2022

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP
Logo de la Coupe du monde 2022 au Qatar dans les rues  de Doha, le 5 novembre 2022
Logo de la Coupe du monde 2022 au Qatar dans les rues de Doha, le 5 novembre 2022   -   Tous droits réservés  JEWEL SAMAD / AFP   -  

L'affaire fait grand bruit en Allemagne et elle risque de prendre encore plus d'ampleur à moins de deux semaines de l'ouverture de la Coupe du monde de Football au Qatar. Dans un extrait d'un reportage diffusé sur la ZDF ce lundi soir, l'ancien international qatari Khalid Salman, qui est aussi ambassadeur du Mondial 2022, a qualifié l'homosexualité de "dommage mental".

Le gouvernement allemand a vivement réagi ce mardi par la voix de la ministre de l'Intérieur, également chargée des Sports. Nancy Faeser a vigoureusement critiqué les propos de Khalid Salman.

"De telles déclarations sont horribles", a-t-elle lors d'une conférence de presse à Berlin.

TOBIAS SCHWARZ/AFP
Nancy Faeser, ministre allemande de l'Intérieur également chargée des Sports, lors d'une conférence de presse le 8 novembre à BerlinTOBIAS SCHWARZ/AFP

L'homosexualité, "c'est haram"

Dans la séquence diffusée ce 7 novembre sur la ZDF, le journaliste Jochen Breyer de la chaîne publique allemande s'entretient avec Khalid Salman dans les rues de Doha. Ce dernier avance que "pendant la Coupe du monde, beaucoup de choses vont arriver ici dans le pays"

 Il poursuit, en abordant la question des personnes homosexuelles, en indiquant que "le plus important, c'est que tout le monde accepte qu'ils viennent ici mais ils devront accepter nos règles". 

L'homosexualité, "c'est haram" (ce qui signifie "interdit" en arabe, ndlr), estime-t-il ensuite. "C'est haram, car c'est un dommage mental", ajoute Khalid Salman, avant d'être interrompu par un attaché de presse.

Cet entretien sera diffusé en intégralité ce mardi soir sur la ZDF, mais il est déjà disponible sur le site de la chaîne.

Une autre personnalité du gouvernement allemand, le délégué ministériel à la cause queer, a également réagi aux propos de Khalid Salman. Sven Lehmann, dont la feuille de route inclut également la lutte contre les discriminations sexuelles et de genre, a pris position pour "un boycott partiel" de la Coupe du monde. Cette manifestation ne doit pas être un succès "ni pour le Qatar ni pour la FIFA", a-t-il indiqué ce mardi sur la ZDF.

Doha a toujours la confiance de Berlin

Lors de sa déclaration à la presse ce mardi, Nancy Faeser, la ministre de l'Intérieur, a cependant affirmé qu'elle gardait confiance dans les garanties de sécurité pour les spectateurs du Mondial 2022 obtenues de la part du Premier ministre qatari lors d'un récent déplacement dans le pays.

"C'est le Premier ministre qui me l'a donnée, je n'ai pas de nouvelles indications de sa part selon lesquelles quelque-chose aurait changé", a ainsi observé la ministre ce mardi.

En visite au Qatar la semaine dernière, Nancy Faeser avait assuré avoir obtenu "pour la première fois" des "garanties de sécurité" pour tous les spectateurs, dont les visiteurs LGBT+, dans un pays où les relations sexuelles entre personnes du même sexe sont criminalisées.

Elle avait dans la foulée décidé d'assister au premier match de l'Allemagne au Mondial 2022, contre le Japon le 23 novembre.

Tous les supporteurs accueillis "sans discrimination"

L'émir du Qatar Cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani avait assuré le 21 septembre que tous les supporteurs seraient accueillis "sans discrimination" lors de la compétition organisée dans son pays, du 20 novembre au 18 décembre, dans une volonté apparente de rassurer sur l'accueil des visiteurs LGBT+.

La FIFA a réaffirmé de son côté que les drapeaux arc-en-ciel, symboles de la communauté LGBT+, seraient autorisés autour des stades.

Les capitaines de plusieurs équipes européennes - dont celles d'Angleterre, de France et d'Allemagne - porteront des brassards aux couleurs arc-en-ciel avec le message "One Love" dans le cadre d'une campagne anti-discrimination.