Iran : scepticisme après l'annonce de l'abolition de la police des mœurs

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
Manifestante anti-régime en Iran
Manifestante anti-régime en Iran   -   Tous droits réservés  AP Photo/Middle East Images, File

En Iran, l'annonce de l'abolition de la police des mœurs est accueillie avec scepticisme par beaucoup. Ce sont ces brigades chargées de faire respecter un strict code vestimentaire qui avaient arrêté Mahsa Amini, dont la mort en détention a déclenché une vague de contestation qui dure depuis deux mois et demi.

Pour les opposants au régime, les récentes annonces ne changeront rien au mouvement de colère. "Le slogan des manifestants ce n'est pas la dissolution de la police des mœurs", assène Nachmil Abdi, vendeuse dans une boutique de chaussures pour femmes au Kurdistan irakien, "certes, une des revendications c'est la fin du voile obligatoire. Mais la vraie demande, c'est l'élimination du régime", clame-t-elle.

"La vraie demande, c'est l'élimination du régime"

Néanmoins, le soutien aux lois islamiques et au régime reste important. Si la police des mœurs génère des dissensions, le hijab, pour certains, doit rester obligatoire.

"_La police des mœurs doit exister, mais elle devrait fonctionner conformément à l'éthique et à l'approche islamique._Avec la violence et ce genre de choses, personne ne peut défendre son point de vue ou faire quelque chose de juste", estime cet Iranien.

Reste que la fin de la police des mœurs annoncée par le procureur général du pays, n’a toujours pas été confirmée par d’autres personnalités du pouvoir et les modalités de sa suppression n’ont pas été explicitées.