L'entrée attendue de la Croatie dans l'espace Schengen inquiète ses voisins de l'ex-Yougoslavie

Access to the comments Discussion
Par Laurence Alexandrowicz
La police serbe à la frontière croate
La police serbe à la frontière croate   -   Tous droits réservés  Euronews

La Croatie s'attend à ce que ce soit un oui : les ministres de la Justice de l'UE doivent se prononcer ce jeudi sur l'adhésion de Zagreb à l'espace Schengen. L'un des points sensibles, c'est comment la Croatie va gérer ses frontières avec voisins non membres de l'UE, comme la Serbie et la Bosnie. Un inquiétude palpable à la frontière serbe : 

 "Il est possible que les contrôles soient plus relâchés et ralentissent encore plus l'ensemble, réagit un routier serbe. Je ne vois pas les choses s'améliorer".

  "La police des frontières croate a mis en œuvre toutes les procédures légales de l'Union européenne depuis son entrée dans l'UE, le 1er juillet 2013, rassure Ivan Polić, chef adjoint du contrôle des frontières croates. C'est pourquoi il n'y aura pas de foule à la frontière".

 Outre les difficultés supplémentaires pour franchir les frontières, les voisins bosniaques craignent de devoir faire face seuls à des problèmes comme la migration et l'instabilité régionale.

"Le sentiment d'isolement, le sentiment de fossé entre la Bosnie-Herzégovine et la Croatie va également s'accroître et la politique actuelle de l'UE envers la Bosnie-Herzégovine, mais aussi envers la région des Balkans occidentaux, est telle qu'il n'y a aucun espoir que dans un avenir proche, cinq à dix ans avec la politique actuelle, ce fossé se réduise, en fait il va probablement beaucoup s'élargir", explique Adnan Ćerimagić, analyste principal pour les Balkans occidentaux, European Stability Initative.

 Selon l'ancienne ministre croate des Affaires étrangères l'extension de l'espace Schengen apportera des améliorations au reste de la région.

"Il ne s'agit pas d'un élargissement,  ajoute Vesna Pusić membre de l'opposition lib-dem au Parlement. C'est une consolidation du territoire européen. Ces pays (Bosnie, Serbie, Macédoine du Nord, Kosovo et Monténégro) sont entourés par le territoire de l'UE, et c'est vraiment une question de sécurité européenne. Ces pays (non membres de l'UE) ne pourront jamais être isolés au sens de la construction d'un mur, car ils sont en réalité entourés par l'UE.

 Cinq pays de l'UE ne sont toujours pas dans l'espace Schengen. Le 1er janvier, la Croatie rejoindra en outre la zone euro, et peut être aussi l'espace Schengen, réponse ce jeudi.